Un café pour Samuel Eto’o

Article : Un café pour Samuel Eto’o
Étiquettes
10 octobre 2013

Un café pour Samuel Eto’o

Vous connaissez tous l’expression « prendre un café ». Vous savez aussi ce que veut dire donner du café, ou donner le café. Je fais référence ici au langage militaire qui implique que donner du café est une marque de respect.

Alors, j’invite Samuel Eto’o à venir prendre un café avec moi afin que je lui donne le café. Oui, Sam, Samy, Samuelito, Pichichi ou encore Papa Eto’o comme on t’appelle, je te respecte! Je respecte ta carrière internationale. Je respecte l’année 2000 à laquelle tu as prouvé qu’un jeune pouvait entrer à l’équipe nationale et devenir titulaire incontestable. Je respecte les années qui ont suivi: Un autre titre de Champion d’Afrique en 2002, tes deux ligues des Champions avec le FC Barcelone, une autre avec l’Inter, le contrat faramineux que tu as signé en Russie, faisant de toi un moment, le joueur le plus payé du monde. Oui, Papa Eto’o, je te donne le Café de Yaoundé ce matin. Car, encore une fois, tu as su marqué des points.

etoo-seul(1)Le CommandeurPendant qu’on se demande comment ton compteur buts est aussi stérile depuis ton arrivée à Chelsea FC, pendant que tous les médias spéculent sur ton envie de quitter l’équipe nationale de Football, te voilà invité à la Présidence de la République ce mardi 8 Octobre 2013, pendant une heure d’audience. On devine que les « autorités de ce pays » comme tu les appelles, t’ont demandé de poursuivre ton rôle de leader. On devine aussi que faire la Une des Journaux télévisés et radios par les très sélectes journalistes de la Brigade des Reportages Spéciaux est un honneur de plus… Un honneur de trop ? Quand je revois ce jour où on t’a accueilli en grandes pompes à l’Université de Yaoundé II, beaucoup d’universitaires se sont demandés ce jour-là si le meilleur Doctorat n’était finalement pas celui que tu as, meilleur buteur en activité de l’équipe nationale! Oui, les jeunes t’enviaient, te convoitaient, te jalousaient. Les filles hurlaient d’hystérie, elles te voulaient pour elles. Oui, Samy, je te donne le café. Toi, l’un des rares trentenaires camerounais à être Commandeur de l’Ordre de la Valeur, et marchant avec un Garde du Corps Officiel. Samy, je te donne le premier Café de mon blog, car tu as prouvé ce 8 Octobre 2013 que ce n’est pas par hasard que le fameux journaliste Charles NDONGO ( intervieweur officiel du président) t’a consacré une émission spéciale sur ton coup de boule sur le journaliste Bony Philippe.

En France, le Zizou national n’avait pas obtenu autant d’honneurs après son coup de boule de 2006, année où tu méritais pourtant d’être ballon d’or mondial. Oui, Samy, je te donne le café! Un café aussi pour tes œuvres: La Fundesport, et tes jeunes promoteurs. Tes dons d’ambulance à l’hôpital Laquintinnie à Douala. Oui, papa Eto’o, je te donne le café parce que tu es le joueur camerounais le plus cité dans les chansons. C’est dire que comme tu as décidé d’accompagner tes coéquipiers à Radès pour la qualification au Mondial 2014, sache qu’une autre tasse de café t’attend si tu mets tout le monde d’accord. Tu vois ce que je veux dire ?…

Partagez

Commentaires

Ives De Landry BANDAMISSI
Répondre

C'est un plaisir de savoir qu'un article peut être assez édifiant. Puisse cet instant de lecture donne a chacun d'entre nous l'envie d'avoir envie. Eto'o t'es un homme combler,je suppose s'il fallait arrêter ta carrière aujourd'hui? Respect Samuelito, je te donne le café