Supprimez le mot « amitié » du dictionnaire !

Article : Supprimez le mot « amitié » du dictionnaire !
Étiquettes
15 juin 2014

Supprimez le mot « amitié » du dictionnaire !

Photo par Maman@home, blog de maman à la maison
Photo par Maman@home, blog de maman à la maison

Oh là, quelle douleur profonde ! Je saigne et je baigne dans une déprime mémorable, le genre de déprime qui est arrivée à son paroxysme ce matin.

 

Je reviens du mariage de NDO et de ma cousine Alice, enfin, désormais elle s’appelle madame NDO. Ce couple là est né devant moi, au quartier Cité verte, en 2006. Huit ans plus tard, les voilà signant pour le meilleur et le pire. A peine sorti de la mairie de Yaoundé 2, on a pris la direction de ce restaurant de la Communauté Urbaine à la Cité Verte. Ah, la cité verte, ce fameux quartier de mes 400 coups. J’y ai connu tous les accès et tous les excès. J’y ai connu la peur, l’amour, le sexe, mais aussi l’illusion et la trahison. C’étaient les années de gloire avec mon réveil matinal, « Ongola Café », la seule émission qui faisait de l’audience à 4 heures du matin. C’était l’époque de l’émission « A VENIR » aimée et détestée en même temps, entre vedettariat et jalousie des téléspectateurs. C’était cela, la télé, et il fallait l’accepter ainsi. C’était l’époque où mon téléphone sonnait, et sonnait encore. J’étais important, j’étais… incontournable. Oui, je ne passais pas inaperçu, même si cela n’était pas forcément voulu. C’était l’époque où je faisais salle comble au Centre Culturel Français avec les artistes Koppo, Krotal, Sultan Oshimihn, Kareyce Fotso, VBH, X Maléya, etc. (je ne peux et je ne veux pas tous les citer). Oui, tous là venaient me voir. Enfin, ils venaient voir celui que j’étais, c’est-à-dire une simple perche. J’avais alors la naïveté de croire que j’étais important, car j’avais des « amis » importants. Je croyais en nos discussions, nos débats, notre vision d’un Cameroun meilleur. Dix ans plus tard, où en sommes-nous ?

Nous en sommes à ce matin de mariage du couple NDO. Toute la « famille » de la cité verte était là, mais ce n’était plus du tout la même ambiance. J’ai honteusement quitté le restaurant avant l’ouverture du cocktail, car le protocole a cru devoir me mettre sur une table avec deux femmes enceintes. L’ennui et la tristesse étaient garantis. Même le nouvel humoriste Moustik Charismatik a refusé de se mettre à cette table. C’est là que j’ai prétexté une urgence pour m’éclipser. La vérité c’est que je ne suis plus à ma place dans ce monde là. Le monde des artistes et du show-biz, c’est fini pour moi. J’ai cru en la fraternité qui pourrait lier les journalistes-animateurs aux artistes. Là encore, c’est le jeu des intérêts qui prime. Filles comme garçons, à l’exception de quelques rares artistes, ton téléphone pour eux est synonyme d’opportunité. Mon cousin Pitou me disait à cette fameuse cité verte : « Tu es trop naïf et tu es aveugle. Tous ceux qui t’entourent ne te veulent pas forcément du bien ». J’ai botté tous ces propos en touche. Et pourtant, je n’ai pas vu un seul aux obsèques de mon père. J’en ai pas vu un seul lorsque mon ex fiancée m’a quitté (elle aussi parce que je ne brillais plus). Dure réalité qu’est ce monde. Alors ce matin, je me suis demandé ce que je faisais là ? J’avais personne à qui parler, puisque depuis un moment, quand je revois cette bande,  je les écoute tous se pavaner, et parler de leurs exploits, et exhiber leurs nouvelles trouvailles ou conquêtes, et rebelote… Non, je ne suis plus de cet univers. Je suis dans le monde sans être du monde, comme le Christ nous demande d’être dans la Bible. Sauf que le Christ avait sans doute oublié que tout cela rime avec solitude. Un ami, tu peux l’appeler à 2 heures du matin et il apparaît. Mais là, si j’appelle Dominique, elle est mariée. Son mari n’appréciera pas. Si j’appelle Viviane, pareil. Olivia est en Afrique du Sud, comme Christelle. Mon cousin Pitou est désormais à Liège en Belgique avec Patrick Ermano qui officie sur la FM RCF. L’aîné Heyndricks qui me donnait des conseils judicieux à ACMS (Association Camerounaise pour le Marketing Social) est hors du pays lui aussi. Tout ce qu’il trouve à me dire ces jours-ci via Facebook c’est : « marie-toi ! ».

Je repensais à cela ce matin, en admirant le bonheur du couple NDO, mais hélas Heyndricks, là encore ce n’est pas une mince affaire. J’ai cherché des filles, j’en ai connu à la pelle, mais la seule que j’ai aimée est partie. J’ai voulu en aimer une autre, mais l’Allemagne a eu raison d’elle. Elle me manque ! Car elle, c’était mon amie. Elle était la seule qui écoutait autre chose que mes émissions, mes spectacles ou mes histoires avec le show-biz. Même mon mentor à la radio, Wally n’est plus là. Tous ces gens enrichissent la diaspora et m’ont laissé ici, dans ce Cameroun qui est émergent aujourd’hui. Ils m’ont laissé orphelin et je n’ai que pour seul ami un écran d’ordinateur pour guetter chaque jour si Jean-Robert Chauvin m’enverra un mail depuis Villeurbanne ou si Lina Trabelsi me fera signe depuis Montpellier. Je me sens si seul, et pourtant, même entouré comme ce matin de mariage, je suis encore plus seul. On m’a dit : « Tu as cru que le monde se fondait sur la vérité et la sincérité. Tu as obtenu que la seule vérité palpable est que l’amitié est une notion éphémère ».  Même le jour de ma soutenance, ma voisine de lit m’a lâché. Les jours difficiles sont ainsi hein ? Personne sur qui compter. Seul, mais alors, seul au monde ! Je ne vois plus qu’en eux l’expression de plusieurs « moi » hypertrophiés. Là où l’égoïsme prime. L’amertume saveur d’une jungle urbaine qui ne parle que le langage du cynisme, de la calomnie, et même des coups bas. Bienvenue dans le monde merveilleux, mon enfer. Bienvenue surtout dans le coup de grâce, l’ultime déception de ma vie : L’émission LES COPS D’ABORD que j’ai servie pendant 15 ans, au détriment de mon argent, mon énergie, mon cerveau, mes nuits sans sommeil. Des années à draguer des proviseurs pour avoir une liste de 6 élèves compétiteurs en culture générale. Des années à supplier des autorités pour qu’elles nous payent le transport d’une ville à une autre. Des années à faire le pied de grue devant les entreprises pour obtenir des lots que ces mêmes écoles regardent avec dédain. Des années de galère où plusieurs jeunes du pays de Paul Biya ont appris la radio, l’écriture, mais aussi ma rigueur et ma passion. Il a suffit qu’ils aient une opportunité et les voilà déjà sur le toit du monde à penser qu’ils ont tout compris. Au-delà de l’ingratitude, c’est surtout leur indifférence qui me refroidit. On est vraiment dans la loi de la jungle. Comme un symbole, pour cette dernière émission au mois de mai dernier, seuls Eddy-Christian et Willy, les co-fondateurs de cette émission ont répondu à leur manière. Mais eux, je ne peux plus les embêter. C’est fini l’époque où je pouvais débarquer chez Eddy-Christian à Obogogo ou chez Willy à Olézoa. Ils sont mariés… Oui, le respect de leur intimité m’impose de la distance et c’est assez douloureux comme ça. Je les remercie d’avoir essayé de me comprendre (on dit que je suis incompréhensible). Mais, j’ai eu la larme à l’œil au soir du 17 mai 2014. J’étais dépité, dégoûté. J’étais mal pour toutes ces années de sacrifice qui n’ont accouché que de gens insensibles, indifférents, à la limite, ingrats. Quel jour sans, ce jour-là. J’ai vu défiler toutes les générations de cops, leurs trahisons, leurs coups bas, leurs mesquineries, et par-dessus tout, l’un d’entre-eux qui a délibérément décidé de ne pas venir alors qu’on l’attendait à la réalisation. Il a dû savourer en secret son « délice » de nous avoir fait faux bond. Il était ce matin au mariage de NDO. Avec son éternel faux sourire, je me suis souvenu de l’année 2004, quand son frère, ami, et Dieu d’artiste me l’a présenté. « C’est mon cousin, peux-tu prendre soin de lui ? ». Et moi, j’étais tout fier de rendre service à l’artiste. Comme toujours… Les gens ont vraiment la mémoire courte. Qu’importe ! Je suis heureux de savoir que nul n’est indispensable, surtout pas moi. Alors, LES COPS D’ABORD qui voulait dire les copains d’abord s’avère juste être un mensonge qui a duré 15 ans. J’y ai cru seul, et j’y ai crevé tout seul. Quelle claque ! La douleur est profonde Dolorès. Tu dois te dire que j’ai besoin d’un bon psy. Sans doute auras-tu raison. Mais relis-moi et tu comprendras depuis le début que je suis en train de me psychanalyser tout seul. Une automédication, fruit d’une prescription et d’un diagnostic tout aussi personnels. L’amitié est une illusion Dolorès. L’amitié n’existe pas. Imagine-moi demain, patron, directeur, décideur, ministre, les amis j’en aurais comme en 2004, 2005 et 2006. Imagine-moi devenir Team Press Officer des Lions indomptables, je serais sollicité de partout. Imagine-moi devenir responsable de la communication d’une multinationale, le regard va changer n’est-ce pas ? Je comprends maintenant pourquoi quand les gens changent de statut, ils deviennent arrogants, te regardent de haut et ne décrochent plus tes appels. C’est la rançon de la gloire, dit-on ! Mais, trop peu pour moi ! Je vais encore paraphraser le Christ biblique : « Mon royaume n’est pas de ce monde ». Parce que dans mon royaume, fut-il dans ma tête, ton oui est oui, ton non est non. Dans mon royaume la loyauté existe. Dans mon royaume on appelle un frère pour demander de ses nouvelles et non pour demander un service. Dans mon royaume l’émission LES COPS D’ABORD a son vrai sens. Mais hélas ! J’arrête tout. Ici chez vous, l’amitié n’existe pas, alors supprimez le mot « amitié » du dictionnaire !

Partagez

Commentaires

Pitou le cousin
Répondre

Bienvenue dans le monde réel mon frère...des larmes moi aussi je les coulent avec toi car le sang de la bataille coule dans nos veines... Mais une choses est sûre c'est ton talent et ta fierté qui parlera à ta faveur tôt ou tard... Le plus dire c'est d'avancer mais ce courage on est né avec souviens toi... Big brother

Jacques NOUTANG
Répondre

Yep Dan ton diagnostic est très bon et c'est bien dommage mais ton automédication me semble avoir été sur-dosée alors fais gaffe à une overdose. Je le dis tout simplement parce que Arrêtez ton émission "les Cop's d'abord" après toutes ces années et tous les sacrifices que tu as mis la dedans pourrait signifier deux choses: D'abord que c'est l'amitié et la reconnaissance des "stars" dont tu as besoin et non de toutes les autres personnes inconnues du milieu mais qui te suivent et aiment ce qu tu fais et DIEU seul sait qu'ils sont nombreux. Ton travail mon cher ami est vu et reconnu même si c pas par ceux qu tu aurais voulu... Comment peux tu savoir si toutes les autres bonnes opportunités que tu as eu récemment ne sont pas simplement conséquents au travail qu tu abats depuis... Ce que j'essai de faire passer ici c'est que ta reconnaissance ne viendra pas forcément des personnes que tu connais. Enfin en reconsidérant un peu ta médication, je pense que tu devrais peut être pas abandonné ton bébé, ton émission car dans ton monde les cop's existent bel et bien alors reste dans ton monde et va de l'avant avec ton émission. Bon courage et surtout reste comme tu es un jour les choses changeront dans ce pays et on reconnaîtra aux gens comme toi leur vraie valeur.

Lino Charly
Répondre

Triste réalité grand frère " J'ai appris à compter mais pas sur les autres. " tel est ma devise a moi!

Jean-Robert
Répondre

Ne raye pas trop vite le mot camarade !
Oui, l'amitié n'a aucune valeur, c'est pourquoi elle est dévalorisée.
Elle n'a pas de prix, c'est pourquoi elle est méprisée.
Mais elle est précieuse dans ce monde de fous où les réseaux se multiplient aussi vite que les véritables liens s'étiolent…
Un sourire encore pour apaiser ton chagrin. Je te berce dans mes pensées…

one love
Répondre

Pleursss grand frere je n'arrete pas de pleurer en te lisant ma niece me demande d'arreter de pleurer mais je n'y arrive pas tellement tout ce que tu dis est vrai et reel et je reconnais faire partir de ceux la que tu as aide dans ma carriere artistique je te demande pardon si je fais partir de ceux qui ne t'appelle plus pleurss tu as tellement raison que j'en ai honte et meme si je vis la meme chose que toi ca ne me donne pas d excuses Merci pour tout ce que tu as fait pour moi ca vient du fin de mon coeur que Dieu te benisse Dania Ebongue peace

Richard
Répondre

Je ne laisse que très rarement des commentaires sur ce monde de blog là... d'une autre galaxie alphabétique je suis plus coutumier au travers du blog de JR. Quoi qu'il en soit, je fais un détour exceptionnel aujourd’hui pour tenter d'aider à éteindre ta détresse sur laquelle je suis tombé par rebond et peut-être pas autant par hasard qu'il pourrait paraitre au premier abord. On ne se connait pas, ou alors peut-être oui sans le savoir consciemment...
Qui suis-je pour me permettre de laisser un commentaire ici ?
Mais, si tu le veux bien sur, ne rayes pas le mot "amitié" c'est un mot bien trop rare mais si important en réalité. D'ailleurs il n'est pas si loin du mot "amour"... simplement, il ne faut jamais l'utiliser trop vite après les mots "relation" ou "connaissance" qui sont plus proches du mot "copain" il est bien trop précieux pour ça.
Vivre sa vie, chaque jour, pour faire ce qu'on aime et ce en quoi on croit sans se préoccuper de l'échelle de proximité affective des uns ou des autres ni de la gravitation de chacun et, simplement, les mots connaissances > relations > copains > amitiés > amours viendront d'eux mêmes prendre leur place ! :-)
Sur ce, je retourne sur abcd...agoba.

DEBELLAHI
Répondre

Richard, avec son détour finalement très utile, et les arguments subtils, a tout dit. Les amis sont une espèce rarissime et en voie d'extinction. Je n'ai jamais utilisé tous les doigts d'une seule main pour compter mes amis, les vrais. Ceux qu'on ne trouve pas après l'âge de 20 ans. Te que je t'ai décrypté, ta sincérité et ta bonté te maintiendront en décalage par rapport aux autres. Tu dois, quoi qu'il en advienne, rester toi-même et maintenir ton cap. Mes salutations réellement amicales.

Salma
Répondre

je suis triste parce que "les cop's d'abord" c'est comme 100% jeune donc si elle disparais cela me fera mal. mais sur le plan humain je pense que tu dois aussi faire ton examen de conscience et que toi aussi tu es froid et distant et tu ne cherche pas les gens, cela m'a aussi fait croire que tu as la grosse tête, si tu te rappelles c'est toujours moi qui viens vers toi, bjr et tout le reste et même sur mon profil quand je dis que ca ne va pas tu ne bouge pas ni même un Like pour dire que tu as lu j'espère que tu changeras pour t'améliorer humainement Dania.

Babeth
Répondre

Dania Dania quel texte!
Plein de vérités. Mais il y a encore encore des gens fidèles qui te prouve que la relation qu'ils entretiennent avec toi ne se base pas que sur des mots! Qui par leur réactions face à tes faiblesses tes problèmes, te prouvent que c'est encore possible.
Des gens qui entre avec toi au fond du trou et te disent je suis prêt à mourir avec toi. Je l'ai vécu je le vis encore aujourd'hui et chaque jours je dis merci à Dieu d'avoir mis à mes côtés des gens qui qui me rappellent que j'ai le devoir d'être fidèle à mes amis; les vrai!
Ces moments, nous offrent toujours l'opportunité de faire des tris. Et nous en sortons grandis!
Merci pour ce billet plein d’émotions! Je te le dis tes billets ont une âme moi ça m'édifie beaucoup.

lynn esther
Répondre

Trop bien placée pour te comprendre,jai juste envie de te dire qu'il ta echappé; et visiblement c'est encore le cas; l'essentiel: rends service pour le bien ke ca fait a autrui et non pour la reconnaissance qui de ton point de vue DEVRAIT en découler.Dans notre metier en particulier et notre monde en general, il faut un maximum de detachement ,qui pour beaucoup pourrait s'apparenter à du dédain mais au fond, cest une "sainte indifference"; de la prudence qui te preserve des chutes de tres haut qu'entrainent la désillusion.notre boulot est un job COMME LES AUTRES.faisons-le dabord parcequ'on l'aime.La reconnaissance est une logik qui traine souvent la patte mais crois -moi, qui finit toujours par arriver. En ce qui me concerne,bien que l'intervalle 2006-2011 demeure celui de toutes les raclées , je maintiens le mot amitie dans MON dictionnaire, simplement parce que l'ingratitude des Hommes m'a enseignée à là chercher au bon endroit et à ne surtout pas là renouveler au gré de mes succès.Bon vent le journaliste!!!

Fabienne
Répondre

Je suis vraiment beaucoup attristée. Tu as dit beaucouo de choses: depuis tes anciennes connaissances qui t'ignorent a l'apogee de leur triomphe à tes amis qui ont agrandis la diaspora te laissant orphelin. En esperant que tu ne me mets pas dans la categori des personnes qui te donnent autant de dégoût pour l'amitie et t'ont fait abandonner cette belle emission a laquelle j'ai participee pendant trois and de ma vie, je tiens humblement a te faire savoir que le travail que tu az abattuba ete formidable. Ca me fais beaucouo de peine. Je comprends a present pourquoi chaque dimanche en mettant la fm 94 il n'ya avait rien. J'ai appris beaucoup de chose grâce a vous et la meilleure chose que j'ai garde c'est l'habitude de suivre la radio. Faut pas te dire que ton travail acharne a ete vain, au contraire. Dans tous les cas sur sachez tous, ta team et toi que je suid reconnaissante pour l'aventure. Je sais qu'avec ton imagination tu nous feras bientôt decouvrir une nouvelle saga riche. Merci pour tout.