Amobé Mévégué se fait virer de la fête nationale du Cameroun

Article : Amobé Mévégué se fait virer de la fête nationale du Cameroun
Étiquettes
21 mai 2014

Amobé Mévégué se fait virer de la fête nationale du Cameroun

Amobé Mevegué (ici avec Myriam Makeba), toujours en tenue africaine
Amobé Mevegué (ici avec Myriam Makeba), toujours en tenue africaine

Mince alors, le mépris des Africains est allé trop loin. Quoi ? On vient d’expulser Amobé Mévégué, le chantre de l’infomusement à Paris, à l’occasion de la fête nationale du Cameroun, parce qu’il a revêtu une tenue trop africaine au goût du protocole de l’ambassade du Cameroun à Paris. Quelle belle aliénation de croire que la tenue conforme c’est le costume- cravate sombre à l’occidentale ? Que dire des chemises de Mandela ou encore des tenues de Goodluck Jonathan ? En tout cas, voici le témoignage d’Amobé lui-même :

Comment je me suis fait virer de la fête nationale du Cameroun !

Il y a quelques jours, je reçois l’appel courtois d’une personne de l’ambassade du Cameroun me proposant, car regrettant de ne l’avoir fait plus tôt, de me faire acheminer un carton d’invitation pour la célébration de la fête nationale du Cameroun au pavillon Dauphine à Paris.

Ce à quoi, je réponds favorablement, car bien que de nationalité camerounaise il m’arrive souvent d’être invité dans de nombreuses cérémonies identiques données par les États africains.

À 18 heures précises, je me présente donc au lieu-dit, j’y salue plusieurs personnes, amis et connaissances et me dirige vers le service de protocole.

Ce dernier m’interpelle avec vigueur pour me signifier l’impossibilité pour moi d’entrer dans l’enceinte du pavillon ! Par courtoisie, je ne souhaite pas nommer les personnes qui s’opposent à mon entrée, pour éviter toute forme de polémique inutile.

Raison invoquée : « Votre habillement Monsieur, ne correspond pas au standing de nos invités » !

Je précise que comme à l’accoutumée, je suis paré d’étoffes africaines que je juge nobles. J’encaisse le coup, reste zen, parle avec courtoisie et feint d’être surpris, quelques personnalités connues passent, me saluent gênées, et pénètrent dans le lieu de tant de convoitises.

Un molosse me lance, « Monsieur allez vous changer, vous pourrez entrer » !
Je lui réponds que pour rien au monde, je ne changerai ma nature ! Qu’il me semblait hallucinant, que le jour d’une fête nationale d’un pays africain, le citoyen que je suis, souhaitant honorer ses ancêtres, chaque jour parce ce que c’est son choix, en portant les étoffes des peuples et des civilisations d’Afrique, se voit expulser pour non- conformité prétendue avec l’exigence de la fameuse locution « Tenue correcte exigée » !

J’aimerais savoir sur cette terre qui fixe les codes d’une tenue correcte ? Qui exige ? Qui ?

J’ose avancer que mes tenues africaines m’ont accompagné dans le monde entier, sur tous les continents à la rencontre des plus grandes personnalités.

Je m’entends dire que chaque nation à ses codes ! Lesquels donc, en résonance à quoi, à qui ?

Comble de l’ironie, je tente alors d’expliquer à mes détracteurs que 4 jours auparavant au même endroit, j’ai présenté avec des étoffes semblables, un gala devant le président Abdou Diouf, le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, l’ambassadeur du Sénégal, la procureure de la CPI – Cour pénale internationale, sans que cela ne suscite le moindre émoi.

Réponse du protocole :  »  Le Cameroun, c’est le Cameroun !  » Ne voulant susciter aucun esclandre, j’ai demandé à ce que Mr l’ambassadeur soit informé de mon départ, ayant refusé d’aller troquer mes « guêtres » pour des tenues plus « indiquées ».

La vie m’a donné la chance de visiter beaucoup de pays, et d’être reçu par les plus grandes autorités de ces derniers. Ma fierté était aussi souvent d’y arborer des tenues africaines de tous nos pays, parfois mêmes indiennes dont j’apprécie particulièrement le style. J’entends bien ricaner une certaine bourgeoisie africaine décomplexée à qui je rétorque, pourquoi pas si tel est mon choix.

Je n’impose pas à mes contemporains d’opter pour telle ou telle orientation vestimentaire, aussi je revendique le droit à assumer mes choix. Ne souhaitant faire aucun prosélytisme, je ne vois pas en quoi, un Obom du pays Béti, le Ndop du pays Bamiléké, le Bogolan du Mali et tant d’autres étoffes et chaussures léguées par nos ancêtres, seraient moins nobles que le costard cravate ou le smoking, pour celui qui en fait le choix ?

Il semble que ce mal qui s’apparente à une aliénation chronique soit plus profond en Afrique centrale qu’en Afrique de l’Ouest. C’est ce que je constate avec dépit.
Nombreux sont les pays où les tenues et chaussures traditionnelles ont droit de cité dans les chancelleries !

Se faire éconduire pour une si ridicule raison me conforte dans l’idée de poursuivre cette forme de résistance à l’uniformisation de nos modes de vie.

Il se trouve que dans quelques jours, je serai l’un des invités d’honneur du festival ciné droit libre au Burkina Faso, aux côtés de l’ancien chef d’Etat Jerry Rawlings, croyez-moi, plus que jamais je serai habillé de la même sorte, « boubouifié » jusqu’aux dents !

Sans invective, je propose de lancer le débat sur ce thème qui selon moi en dit long sur les maux d’une certaine Afrique. Merci de réagir dans l’apaisement à cette histoire qui ferait sans doute rire un extra terrestre, celle d’un Africain chassé de la fête nationale de son pays, parce qu’il s’habillait librement comme ses ancêtres !

Viré de la fête nationale du Cameroun du pavillon Dauphine de Paris pour cause de « tenues non conformes au standing requis », alors que quelques jours auparavant, je présentais un gala dans le même pavillon Dauphine, avec les mêmes « tenues non conformes au standing requis » devant un ancien chef d’Etat, la représentante du président Macky Sall, le ministre français de l’Intérieur, de nombreuses personnalités….qui est fou ??

Amobé Mévégué

Partagez

Commentaires

Serge
Répondre

scandaleux ! l'intolérance de certains africains n'a pás de limites... c'est ce que je m'évertue à dire...
Dommage qu'on soit devenu plus blanc que les blancs !

gabriel
Répondre

"Il semble que ce mal qui s’apparente à une aliénation chronique soit plus profond en Afrique centrale qu’en Afrique de l’Ouest" c'est là une remarque véritablement vraie. Je pense qu'il nous faut commencer à faire un travail de pédagogie auprès des dirigeants d'Afrique centrale afin qu'ils se libèrent de cette sorte de prison (costume, cravate etc...)

Big Lerebel
Répondre

C'est honteux...

cael
Répondre

il faut savoir sur quels critères le personnel de l'ambassade e été recruté...c'est généraelement un ramassis de crétins incultes et dont les seules valeurs sont l'argent et les biens matériels... faut pardonner lignorance amobe,je suis sûr qu'il y avait aussi des jaloux de ta réussite parmi...car au cameroun il y bcp d'aigris...et je suis sûr qu'a l'ambassade là ils sont nombreux...

Fidèle B.
Répondre

Le ridicule ne tue pas, heureusement.
Dire que l'Afrique lutte pour conserver sa culture, ses riches, sa diversité qui constituent ses force! Naïfs ces africains qui ôte leurs peaux dès qu'ils se trouvent à l'étranger. Honte au Cameroun!

joe
Répondre

c'est dommage Dania.Quand des autorités africaines se montrent arrogantes devant un un homme africain qui fait la fierté de son continent, je trouve que c'est triste.Amobé, a raison de vendre l'image de son continent.oui, nous sommes des africains et devons être fiers de l’être.Nos cultures avant celle des autres.
cette affaire dite Amobé n'est pas un cas isolé.Ceci me pousse à dire que l'ennemi de l'Afrique ce sont les africains.
C'est quoi ce complexe!

Jean-Robert
Répondre

Cette histoire fait étrangement écho à un questionnement que j'ai eu récemment (parmi tant d'autres...) : je me demandais de quand datait cette manie occidentale du costume - cravate à laquelle j'ai eu la chance d'échapper. J'ai trouvé une réponse ici (https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20060928140957AAtwQ6J)
Ce qui tendrait à prouver que “notre tradition” est bien plus récente que beaucoup de traditions vestimentaires du continent noir.
La question suivante et subsidiaire est : jusqu'à quand cette allure de pingouin sera dominante (et imposée comme tu le rapportes si bien). Sans aller jusqu'à imposer le t-shirt à message à tous mes “semblables”, je rêve d'une société plus bigarrée qu'aujourd'hui.
Enfin, je regrette de t'avoir vu sur la scène RFI d'Abidjan en cravate plutôt qu'en boubou…
Sourire

dania
Répondre

Sourire, Jean Robert! C'est fou ce que tu as raison. Les raisons pour lesquelles j'étais en costard-cravate à Abidjan sont autres. C'était une forme de marketing ( mal intentionnée) adressée à ces gens du Cameroun. J'ai fait l'Institut des Relations Internationales du Cameroun, et je me faisais engueuler chaque fois à cause de mes tenues africaines. T'inquiète pas, mes vestes moisissent dans mes placards. Je les porte trop rarement. AMOBE est notre modèle.

William Bayiha
Répondre

L'étiquette est une folie au Cameroun. Il suffit d'avoir une veste mal repassée pour se faire appeler monsieur et avoir droit à tous les passe-droits. Et voilà qu'un gars arrive sapé de son boubou, un gars ? Amobe Mevengue. Il se fait rabrouer par qui ? Par des portiers. J'ai mal à la tête.
Je suis d'accord avec Amobe.
Je crois que je vais de plus en plus mettre de côté mes costumes pour me boubouifié aussi. A bon entendeur, à tout à l'heure !

SAWADOGO Boubacar
Répondre

Bjr à vous.

Permettez moi de vous signifier que le niveau de compréhension du protocole était à son niveau le plus bas ce jour. Ces différentes tenues africains qu'arborent les hautes personnalités dans les cérémonies sont de fois plus couteux que les ensembles vestes.
Pourquoi avons nous tjrs tendance à fuir notre identité?
Soyons fiers d’être africains.

Reine
Répondre

Je suis fière de ce Monsieur;il me plaît de rencontrer ce grand homme, fier d'être africain et fier de sa culture.On parle d'indépendance alors qu'on vit toujours la colonisation. Maintenant en Afrique de l'Ouest, tout se fait avec le pagne; nous sommes dans une nouvelle tendance,c'est beau et ça devient un style prisé de tous (barrettes de cheveux, boucles d'oreilles, bracelets, bagues, vêtements tout type et tout genres même ensemble veste homme ou tailleur femme...etc.). Nous sommes fatigués de ses tenues alors que nous en confectionnons de formidables. J'encourage les frères de l'Afrique Centrale à s'y mettre. Les complexés reviendront au bercail un jour ou se complairont dans leur suivisme. Fière d'être africaine.

sami etoga
Répondre

ce gars en fait un peu trop le fait de travaille sur France 24 lui monte à la tronche les autres années a t-il été viré à cette manif? certains parmi nous veulent être plus blanc k blanc le grand manu est souvent vêtu en boubou africain aux invitations parisienne ce gars pour le buzz de France 24 crée une situation de conflit ainsi il peut faire le gongonsa avec son employeur "voilà vieux ces africains bla bla .... ce type cherche son petit moment de gloire fait ta chronique culture su F24 et tais tu frère il y a autre chose k çà

Eric Ngaffi
Répondre

Propos contradictoires,dans la mesure ou l'on rappelle que le «grand Manu» est souvent en «Boubou» (ce qui me paraît appréciable).Pour ce cas,qu'à t
il fait d'extraordinaire?si ne serait-ce sa ténue vestimentaire Africaine qui le condamne a ne pas rentrer en salle?qu'à France 24 et son métier ici a faire....Le garc réclame son
«Africanité» et non le fait de vouloir ressembler a un «Blanc»

ben mahmoud
Répondre

les cons existent partout helas...assia mon frere mais je crois que tu n'as rien rate a part feter avec des cons qui te jugent a partir de tenue vestimentaire et encore cette bete phrase ''le cameroun c'est le cameroun'' bref
nous ne sommes africains que de peau de nos jours

nathalie okitho
Répondre

C est vraiment l Europe!après nous avoir volé nos identités ils les modifient et nous impose de nous pliée au modifications qu ils apporte a nos culture simplement pcq nous nous sommes africain.moi je n avale pas cette sausse!!!!!

Presca
Répondre

Déconcertant quelle aliénation. En arriver à renier ses origines,car je pense comme toi mon frère Notre culture vestimentaire africaine, est une partie de notre culture qui doit nous coller à la peau.

Moses
Répondre

Je retrouve là les éléments mêmes de ma lutte pendant plus de six ans avec le festival Afric Collection qui avait pour prérogative de faire une révolution des mentalités en offrant au publis Camerounais ces étoffes magiques que des mains expertes ont mit en forme
Première surprise, aucun soutien de nos gouvernants
Un refus d'accompagnement par la CICAM pour la mise en valeur des tissus par eux produits.
Le mal est grave et profond; mais aussi plusieurs des icônes et stars Africaines refusent de jouer le jeux.

Slixis
Répondre

C'est un de ces crétins d'ambassadeurs qui n'ont aucune conscience de ce que c'est que de représenter les valeurs culturelles de son pays à l'étranger. Je parierai qu'il n'a pas le certificat d'étude et qu'il bénéficie du déplorable népotisme régnant dans nos foutus pays africains.
Bordel! Je lis l'article et je suis dépité. Quand on se bat pour la revalorisation de la civilisation du continent noir, voilà des connards qui vont aller chier sur tout ce que l'on entreprend de bon.

Eric Ngaffi
Répondre

Dommage,mon frère.Quel gâchis.
Je suis très choqué de savoir que nous avons encore certains de nos frère Africain et Camerounais surtout,qui baignent encore dans l'aliénation et l'ignorance,basé sur une forme de complexe d'infériorité en vers certaines valeurs des pays dit «civilisés» en m'étant en avant plant leur ténue vestimentaire «comme etant conforme» et celle d Afrique «non conforme».Pensant de ma part qu'une fête nationale d'un pays Africain comme le Cameroun,aurait été une occasion de présenter et venter certaines de nos valeurs culturelles (qui font partir de notre existence) dans un monde ou depuis plusieurs décennies notre existence a été à plusieurs niveaux perturbés,manipulés et ignoré.
Ne voyons nous pas de temps en temps les Arabes,Les Indiens,etc..dans leur ténue vestimentaire traditionnelle respective dans des rencontres officielles?Que changerait il chez un Africain dans une tenue dite «conforme »?si ne serait de ressembler à ce qu'il n'est pas,et ne serait jamais.....Il est aberrant de constater,qu'après plusieurs années ou l Africain est supposé être assez mature,et capable d'exister en tant que Africain (voir même penser Africain) expulse son frère Camerounais a l'aube du XXIe siècle pour «Pour tenue nos conforme».sous prétexte que le Cameroun c'est le Cameroun..
Je suis aussi de même avis que notre frère qui pense qu'un debat devrait être posé au sujet des «tenues dites conformes».