Quelques camerounismes

Article : Quelques camerounismes
5 février 2014

Quelques camerounismes

Ekiéé ! (Exclamation de surprise). Cela se dit même dans les conseils ministériels du pays qu’on appelle le Cameroun. Là-bas, le français a ses codes, un mélange de pidgin english, de langues vernaculaires et même de camfranglais, ce nouveau langage qui vous perd si vous n’êtes pas initié. Mais les camerounismes vont bien au-delà de simples néologismes. Tenez :

Une dame converse avec une autre passagère dans un taxi à Yaoundé. Elle se plaint de maux d’estomac. Mais pour saisir la conversation, il faut vraiment être initié quoi.

Taxi

–          Ma sœur je te dis, j’ai l’estomac. S’exclame la malade.

– Wèèèèèèèèèèèèè (Exclamation de dépit) rétorque l’autre. Tu as fait comment pour avoir l’estomac ?

–          Je ne sais pas. J’avais d’abord le sciatique, maintenant c’est l’estomac. Je vais faire sauf que comment ?

–          Tu ne vois pas que tu dois aller à l’hôpital ?

–          J’étais là-bas non ?

–          Et on t’a dit quoi ?

–          On m’a dit que c’est parce que j’étais grosse.

–          Mais moi-même j’ai été grosse, pourquoi je n’ai pas eu l’estomac et le sciatique ?

– Aka (Exclamation de rejet). Je ne sais pas oh. Tu as ton corps, j’ai mon corps.

–          Mais tu as quand même pris des médicaments ?

–          Sans prendre ? Hum, sinon c’est seulement mon cadavre que tu allais voir maintenant.

–          Va alors voir la femme de mon quartier qui fait les produits là.

–          Quelle femme ?

–          La femme-là qui fait l’indigène. Ses produits soignent jusqu’à.

–          Il y’a pas faute, je vais sauf que partir.

Vous avez compris quelque chose ?

Essayons donc de transcrire :

–          Ma sœur je te dis, j’ai mal à l’estomac, s’exclame la malade.

– Dis donc ! rétorque l’autre. Comment est-ce possible ?

– Je l’ignore. J’avais tout d’abord des douleurs au niveau du nerf sciatique maintenant c’est l’estomac. Je n’y peux rien.

–          Tu ne vois pas que tu dois aller à l’hôpital ?

– J’y étais effectivement.

–          Et on t’a dit quoi ?

– On m’a dit que c’est le résultat de ma grossesse.

–          Mais moi-même j’ai été enceinte, je n’ai pourtant pas eu ces maux.

– Laisse tomber !  Je n’en sais rien. A chacun son organisme.

–          Mais tu as quand même pris des médicaments ?

– Bien sûr que si !  Sinon je serais morte aujourd’hui.

–          Je te suggère la dame de mon quartier qui fait la médecine traditionnelle.

–          Quelle femme ?

–          La femme-là qui soigne à l’indigène. Ses produits sont très efficaces.

– Sans faute ! J’y vais de ce pas.

 

Vive la langue française ! Vive le Cameroun !

Partagez

Commentaires

Alexander Abara
Répondre

Tu as tout dit Dania. Le "Francais-Camerounais" est un veritable dedalle d'expressions empruntées et donc le sens et les contours abscons varient selon les régions, les villes, les quartiers et meme les rues. C'est surprenant de voir a quel point ce "francais" hybride ou clone est facile a capter et a parler tout en etant agreable et original a l'oreille. Unutile de chercher un grimoire renfermant les codes et les "decodes". assez souvent, c'est celui qui emploi une expression qui lui donne un sens. Devons-nous condamner cette excroissance linguistique, l'amputer? Non, mais. De toutes les facons, c'est aussi difficile que d’empêcher la repousse de la queue d'un lézard. Être camerounais, c'est aussi cela. J’espère que tu es sauf que d'accord avec moi sur çà.
Si ce n'est pas le cas, eh bien, saute et cale en l'air.

Babeth
Répondre

J'aime, j'ai beaucoup ris. Les africains et leur manière de tordre le truc de Molière làààà...

NGAN BE Sara
Répondre

Ah les camerounais et leurs expressions , ceux sont ses expressions qui nous font reconnaitre les camerounais partout ou ils sont

dania
Répondre

merci Babeth

Abdoulaye Bah
Répondre

J'ai fait comme Babeth et j'en ai repris une partie pour le réseau globalvoicesonline.org qui publie dans une trentaine de langues.

Vraiment original

dania
Répondre

merci beaucoup, j'ai vu le billet sur l'autre site

Abdoulaye Bah
Répondre

Ce genre de reprises a comme but de promouvoir votre site! Bravo, continuez!!!

Aphtal CISSE
Répondre

J'ai aimé que sauf !! (J'espère que c'est ca hein)

dania
Répondre

C'est sauf que çà mon cher Aphtal, c'est même sauf que çà!

DEBELLAHI
Répondre

Sans votre traduction, j'avoue que j'étais passé à côté. L'essentiel et de pouvoir communiquer. A part l'académique, la langue c'est çà. Les lecteurs étrangers sont prévenus: pour communiquer eu Cameroun, prévoir un interprète qui parle "indigène là". Exercice réussi.

Noumbissie Cédric
Répondre

quand on a appris une langue on se l'approprie en y insérant les éléments de la réalité locale

Bertrand NKE
Répondre

trop cool, le français du camer!!! je kiff, mais attention aux situations formelles!!!