François est-il vraiment l’Homme de l’année 2013 ?

Article : François est-il vraiment l’Homme de l’année 2013 ?
12 décembre 2013

François est-il vraiment l’Homme de l’année 2013 ?

La désignation de la « personne de l’année » est une vieille tradition du magazine Time remontant à 1927. La personne élue cette année-là avait été l’aviateur Charles Lindbergh pour son vol transatlantique historique. Mais qu’a-t-il de particulier, notre pape François pour être l’Homme de l’année 2013 ? La réponse nous a été donnée en ces termes : « Il est rare qu’un nouvel acteur de la scène mondiale suscite autant d’attention si rapidement, que ce soit parmi les jeunes ou les plus âgés, parmi les croyants ou les sceptiques », a expliqué la directrice de la rédaction de Time Nancy Gibbs pour justifier le choix du pape François.

pape

Entendons-nous bien, ce ne serait pas très catholique de ma part de critiquer le remplaçant de Saint Pierre ou de douter de son mérite, mais c’est que je m’y perds un peu avec ces titres ronflants : Personnalité Préférée, L’Homme de l’année, L’Homme le plus influent de la Planète, Prix Nobel, etc.

En parlant des Prix Nobel, ce 10 Décembre, jour de la mort d’Alfred Nobel, fondateur de la dynamite, on a récompensé en Suède : le prix Nobel de physique, remporté par François Englert et Peter W. Higgs, le prix Nobel de chimie décerné à Martin Karplus, Michael Levitt et Arieh Warshel, le prix Nobel de médecine attribué à James E. Rothman, Randy W. Schekman et Thomas C. Sudhof, et le prix Nobel d’économie a été partagé par Eugene F. Fama, Lars Peter Hansen et Robert J. Shiller. Va-t-on se souvenir de tout ce beau monde la semaine prochaine ? Vous me direz qu’on n’a pourtant pas oublié Chinua Achébé, prix Nobel de littérature pourtant décédé cette année 2013.

Lundi déjà à Oslo en Norvège, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC)  recevait le prix Nobel de la paix 2013. Entrée en fonction en 1997, l’OIAC a longtemps travaillé dans l’ombre, détruisant plus de 57 000 tonnes d’armements chimiques, en Irak, Libye, Russie ou aux États-Unis. Elle est sortie de son relatif anonymat quand la résolution 2118 a été adoptée à l’ONU suite à un accord russo-américain.

Entre Ahmet Uzumcu, directeur de cette organisation qui recevait fièrement le prix à Oslo, le Pape François,  pour ce que lui reconnait le Time,  et l’hommage planétaire rendu à Mandela, qui est donc l’Homme de l’année 2013 ? Ajoutez à cela l’ancien consultant de l’agence de sécurité nationale américaine (NSA) Edward Snowden, (deuxième à ce classement du Time), qui a longuement défrayé la chronique cette année. A quel Homme de l’année doit-on se vouer ? Quel est l’impact de ce type de distinction ? Quelle est la finalité pour son récipiendaire ? Quel est la plus value pour l’Humanité ?

Un autre François peut aussi être l’Homme de l’année. Après tout, il a décidé d’intervenir au Mali et en RCA, en prenant soin d’inviter les dirigeants africains une semaine avant en France. François a agi là où d’autres ont hésité après tout. Il a même voulu intervenir en Syrie aussi, souvenons-nous ! Mais s’il y a un homme qui est l’Homme de l’année, l’Homme du 20ème siècle et l’Homme de l’Histoire, c’est monsieur Madiba. Un deuil en mondovision, des hommages dans les stades, une pléthore de chefs d’Etats présents en Afrique du Sud, et des milliers de médias qui commémorent… L’Homme, qui même mort, est l’Homme de l’instant, du moment, mais aussi l’Homme atemporel, l’Homme éternel.

Si François, le Pape n’est pas le premier souverain Pontife à être salué par le Time (Jean-Paul 2 en 1994  et Jean 23 en 1962 l’ont été aussi), c’est la première fois en tout cas, que la mort d’un africain est rendue… immortelle ! Le Pape peut-il alors canoniser un noir, un Mandela qui n’était pas catholique mais méthodiste ? Peut-être alors  que le Pape serait en ce moment là, l’Homme du millénaire.

 

Partagez

Commentaires