Quand le marketing digital fait son buzz !

Article : Quand le marketing digital fait son buzz !
4 janvier 2014

Quand le marketing digital fait son buzz !

Voilà que la fin 2013 et le début 2014 nous aurons apportés deux enseignements majeurs : Le premier est que la radio, la télévision et la presse écrite ont du souci à se faire, mais çà, tout le monde ou presque le sait déjà. Le deuxième, c’est que,  aussi bien que l’industrie musicale est en perte de vitesse du fait de la musique numérique, aujourd’hui, c’est dans les réseaux sociaux que nous appellerons volontiers désormais médias sociaux que se trouvent les nouveaux codes de la promotion musicale.  Dans la plupart des pays du monde, la promotion d’un disque commençait par un single, puis une rotation dans les radios, et des clips en télé, suivis par une avalanche d’interviews, des notes d’écoutes et des unes de magazines. La tendance est tout autre aujourd’hui.

Le e-marketing ou marketing digital a gagné les habitudes depuis un moment. Le tableau mondial le plus spectaculaire en la matière est celui de Beyonce, artiste RNB américaine, qui, pour le lancement de son 5ème album a simplement dirigé les internautes vers le réseau social Instagram avec la mention « surprise » à travers laquelle on accède aux 14 titres de l’album éponyme « Beyoncé ». Elle avait bien gardé le secret longtemps, et comme tout effet de surprise, la « non-communication » de Beyoncé a eu plutôt un effet buzz, succès garanti.

beyonce-5e839

 

En effet, en 12 heures, son album s’est écoulé à 430 000 exemplaires. Beyoncé gagne ainsi le prix d’un digital marketing innovant, impulsé on l’imagine par sa maison d’édition Columbia Records qui, par un communiqué de presse, fait savoir que l’artiste Beyoncé en avait marre de cette façon classique et plutôt marathon de promouvoir un album, alors qu’un simple post sur Internet déclenche l’effet trainée de poudre. Beyoncé sait plus que jamais que les réseaux sociaux ont le pouvoir désormais. Ils sont plus rapides et plus puissants que les médias classiques. Voilà comment une artiste qui  a 8 millions de fans sur Instagram, 13 millions de followers sur Twitter et 54 millions d’amis sur Facebook dut se passer des canaux traditionnels parce que le Web est devenu une gigantesque caisse de résonance.

A côté de nous au Cameroun, l’année 2013  aura déclenché une nouvelle forme de promotion digitale. Deux singles, et voilà deux buzz assurés par deux rappeurs. Le premier se nomme Stanley Enow. Pas encore d’album sur le marché que notre jeune camerounais est l’artiste de l’année avec sa chanson « hein père » qui a débouché sur un label devenu incontournable au sein de la jeunesse camerounaise, grâce quand même à ses plus de 320 000 vues sur Youtube. Il a fallu quelques publications sur Facebook et Stanley a été sollicité pour tous les grands spectacles au Cameroun. La chaîne de télévision Trace Urban n’a pas eu d’autre choix que de mettre la chanson sur ses différentes playlist.

High Père

Le deuxième se nomme Maahlox Le Vibeur. Las de n’être pas joué par les radios du pays qui préfèrent de loin les artistes qui paient des promos aux services commerciaux et aux animateurs, Maahlox a lancé son tube via son compte tweeter, et sur Youtube. « La bière c’est combien ici » est non seulement une parodie du phénomène de l’alcoolisme au Cameroun, mais se veut un véritable hymne des DJ lors des fêtes de fin d’années.

2013_NOV_MUSIC_BIERE_LOGO

Maahlox et Stanley  ont pris le pouvoir grâce aux 600 000  abonnés Facebook présents au Cameroun. Désormais, ils ne font plus la queue des radios et des promoteurs et c’est  même exactement l’effet inverse qui est observé.  Désormais, ils sont devant Lady Ponce, et X Maléya dans les charts au Cameroun. Ces derniers qui ont pourtant annoncé leur album en Août 2013 par des affiches, banderoles et pancartes dans les grandes métropoles du Cameroun, n’ont pas eu le succès escompté. Toute cette publicité n’a visiblement pas suffit, car le buzz se trouve uniquement sur Internet. La communication du 21ème siècle a donc changé de visage. Elle porte le visage de ceux qui ont le nouveau langage techno-numérique : Smartphone, tablette, et tout autre support de connexion instantanée. Ce monde digital appartient aux innovateurs et aux avant-gardistes. C’est un véritable casse-tête désormais pour les stratèges Ce digital marketing là ne coûte rien, mais il rapporte gros.

 

Partagez

Commentaires

timour faitsdiverts
Répondre

T'es formidable. Encore je me demande si le mieux pour la société c'est de promouvoir l'alcool, surtout en milieu jeune?