Il y’a aussi de la vie à Mbankomo !

Article : Il y’a aussi de la vie à Mbankomo !
Étiquettes
30 janvier 2014

Il y’a aussi de la vie à Mbankomo !

Rassemblement des élèves

Il existe un coin de la terre, non identifié par Google Maps qui s’appelle Mbankomo. Et pourtant, cet arrondissement est à 20 minutes de route de la capitale camerounaise, Yaoundé. Et alors ? Me demanderiez-vous. Et alors, il y’a aussi de la vie là-bas. Il y’a aussi des hommes, des femmes, des adultes, des enfants, qui ont des émotions, des envies, des loisirs, des joies, des peines, des craintes, des espoirs. Et alors, c’est une ville de passage. Le genre de ville qu’on traverse parce qu’elle est située dans un axe routier, un axe interurbain (en l’occurrence l’axe Douala-Yaoundé). Et alors, ces populations se mobilisent chaque jour pour arpenter  cet axe et siffler les voyageurs et les passagers.

Et alors, à Mbankomo, se trouve un poste de pesage, et non loin aussi, un poste de péage. Le seul cliché qu’on a de cette ville est le regroupement de ces hommes et femmes, et même ces adolescents qui n’ont que pour unique source de revenus que de crier après les autobus de transport avec leurs vivres frais, et leurs fruits. Oui, il existe aussi de la vie à Mbankomo. Là-bas, se trouve un lycée. Un lycée moderne d’ailleurs, avec une salle informatique, de l’électricité et même un point d’adduction d’eau.

Pompe à eau du lycée moderne de Mbankomo

Là-bas, les élèves sont enracinés dans leur culture départementale, celle de la Mefou et Akono (qui regroupe plusieurs familles de la Tribu Béti), mais aussi ouverts à la modernité, ouverts au monde. Là-bas, les enfants savent parler Ewondo, Eton ou Bassa, les dialectes du pays, mais savent aussi s’exprimer correctement en anglais et en Français.

Oui, à Mbankomo, un élève n’a rien à envier à celui de Yaoundé. Il va à Yaoundé quand il veut, il a aussi le câble et le satellite, un a aussi un téléphone dernier cri, mais il a surtout la force de l’ancestralité avec lui, car il vit dans sa ville qui est aussi son village. C’est ainsi que les élèves du Lycée Moderne de Mbankomo,

Elèves du Lycée Moderne

les élèves du Lycée de Mbalngong,

Elèves du lycée de Mbalngong

les élèves du Lycée d’Angongo,

Elèves du lycée d'Agongo

et les élèves du Lycée Technique de Mbankomo

Elèves du Lycée Technique

se sont affrontés le mercredi 29 Janvier 2014 dans la salle du Lycée Moderne de Mbankomo pour la finale départementale du Challenge Interscolaire de Culture Générale, cette compétition intellectuelle et culturelle qui fait le tour des régions du Cameroun. Au finish, le Lycée Moderne se qualifie pour la finale nationale, mais c’est tout l’arrondissement et le département qui en sortent vainqueurs.

Séquence d'Animation 4

Les villages voisins ( Mbalngong et Angongo) ont aussi donné cette double image de modernité et d’enracinement, au grand bonheur des membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés, profitant de cet évènement pour sensibiliser la jeunesse locale sur ses droits, notamment le droit de dénoncer un professeur qui harcèle sexuellement un élève. Oui, car on oublie souvent à Yaoundé que les campagnes ne doivent pas cibler que les grandes métropoles. Les multinationales, les Organisations Internationales et les ONG, sans parler du gouvernement lui-même, se limitent presque toujours à Yaoundé et à Douala pour leurs différentes journées et campagnes. Et pourtant, il y’a aussi de la vie à Mbankomo.

Partagez

Commentaires

Oscario Saussure Ndzié
Répondre

Mbankomo, la belle! Très bonne description de ce grand arrondissement. Ça me rappelle les bons moments passés au lycée de Mbankomo en juin 2004, j'affrontais alors les épreuves du B.E.P.C.

ZOYEM
Répondre

l'idée de ce reportage est intéressante. Il permet d'améliorer la connaissance de Mbankomo en particulier et du Cameroun en général dans le monde entier.