J’ai couché avec une pygmée

Article : J’ai couché avec une pygmée
Étiquettes
17 juin 2015

J’ai couché avec une pygmée

Ceux qui sont adeptes du voyeurisme seront satisfaits par ce billet. En réalité, la vie nous réserve tant de surprises qu’il ne faudra pas me juger au premier abord. En tant que journaliste, je suis emmené à voyager très souvent, et depuis quelques temps, mes valises ont échoué dans la région de l’Est au Cameroun.

Tout a commencé avec ma légendaire curiosité des choses anthropologiques. Où sommes-nous ?  Quels sont les autochtones et les riverains qui peuplent cette zone ? Ce sont autant de questions que j’ai posées à Marlyse, une jeune fille kako, une des ethnies que vous retrouverez à Batouri et Yokadouma entre autres. Jusque-là, pas de problème, mais un jeu de mots ahurissant va m’interpeller lorsque la jeune Kako a décidé de me faire goutter lekoko. Vous me suivez toujours ?

Je vais donc me plonger dans la littérature culinaire de mon pays. Il existe des légumes (épinards) prisés en Afrique Centrale. Leur nom scientifique est Gnetum . Au Cameroun, selon les ethnies, on parle d’Okok (chez les Bétis, les Yambassas), l’Ekoke (chez les Bassas et les Bakokos), ou encore le Eru (chez les peuples anglophones). On note par ailleurs que le Nigéria voisin prise cet Eru et d’énormes quantités de ce légume transitent chaque jour par les frontières. A l’Est donc, Marlyse m’a servi ce légume qu’on nomme ici Koko.

Koko

C’est un mélange d’arachides grillés saupoudrés par ce légume frais, avec de la viande de bœuf et surtout du poisson sec qui constitue le koko. Surtout, me dit Marlyse « Eviter de le manger avec autre chose que du couscous de manioc ». C’est la tradition sacrée ici. Beaucoup de gens vous diront que les filles de l’Est ont des aphrodisiaques qui trempent le consommateur de leur cuisine dans un voyage sans retour au pays des élucubrations romantiques savoureuses, surtout que le piment de Marlyse est plutôt envoutant. Du coup, par une alchimie incompréhensible, je me retrouve plongé dans les bras d’une fille de petite taille que j’ai aperçue dans la rue d’en face. Son profil correspondait bien à ce qu’on nous enseignait à l’école primaire : « les pygmées sont des hommes de petites taille, repliés en forêt et qui vivent essentiellement de la chasse et de cueillette ». Il fallait répéter cela pour avoir son CEP, pardi ! Mais celle que j’ai vue en face ne vit plus dans la forêt, et ne vit certainement plus de la chasse et de la cueillette. Certes, beaucoup de pygmées répondent encore à ce profil mentionné plus haut, mais celle que j’ai en face de moi fait de sa petite taille un atout stimulant. Elle me tétanise avec un naturel débordant, celui d’un jeu de jambes rapide, de loin  plus efficace que les dribbles footballistiques de Lionel Messi. Elle m’électrise avec ses doigts courts mais si fermes. Elle m’arrache des cris étouffés, signe que c’est elle, la pygmée qui me civilise désormais. . Elle me donne un peu de sa forêt, et  beaucoup de son odeur qui me rappelle les senteurs naturelles d’Afrique centrale, loin des pollutions de nos cités dites urbanisées. Elle m’envoûte avec une haleine qui ne connait pas le fluor ni le dentifrice, mais la fraîcheur naturelle d’une feuille de menthe certainement arrachée derrière sa hutte. Elle finit par me mettre K.O. sur le ring de cet échange surnaturel. L’état d’élixir a duré quatre minutes exactement. C’est le rapport sexuel textuel le plus court de ma vie. La raison est en toute simple : je mangeais du Koko et je me suis laissé aller dans les bras d’une pygmée. En réalité, c’est la faute à ce piment maudit de Marlyse, qui m’a entraîné dans un rêve ouvert en dégustant ces légumes fabuleux. Oui, pardonnez-moi, ce n’est pas évident comme vous croyez de coucher aisément avec une pygmée Que non ! Ce n’était qu’un rêve !

Partagez

Commentaires

Faith
Répondre

" Au delà de l'amour " C'est la un très beau,pur et authentique moment d'amour bien évidemment il ne dure pas ces choses la..

salma
Répondre

Dania faut pas jouer avec nous comme ça hein, si j'étais là à ton réveil je te giflais mais comme mes mains ne sont pas comme les siennes.
Beau récit

Benjamin Yobouet
Répondre

Avant même de lire ce billet, je devinais bien que ce ne serait pas possible hahaha. Heureusement, que tu l'as confirmé à la fin de ton article. Dans tous les cas, le suspense y était. Beau récit, bien à toi !

Bonetti
Répondre

Dania.
Toujours aussi précis et illustratif.
Intéressante l histoire.

Africanesque
Répondre

Ce plat a des pouvoirs je confirme mais de là à faire rever debout... Bien écrit cependant

Olivia Tjalle
Répondre

Très belle plume...comme d'habitude!
J'y ai presque cru au début tout en sachant qu'il y aurait un rebondissement certain dans l'histoire ou plutôt le récit. Maintenant que j'y pense, il n'y a pas encore de film Camerounais qui parlerai d'une histoire d'amour entre une jeune fille Pygmée et un homme de l'une des autres 9 régions du Cameroun. Inspiré de ce récit, ça pourrait être un très beau film

Alain Ndongo
Répondre

Tu as su révéler ton génie littéraire comme d'habitude

Sandrine Moungole
Répondre

Belle plume,ce style léger et en même temps empreint de subtilité et de double sens...intéressant

JEAN PAUL
Répondre

MAIS TA DESCROPTON LÀ EST SUSPECTE.
POURQUOI PAS?

Pascaline
Répondre

Bonjour je m'appelle alice offert suis inquiète je sors avec un pygmée et depuis que j'ai couché avec lui j'ai des écoulement vaginale abondant j'ai essayé de me soigner mais rien puis j'ai fait des recherches par rapport aux pygmées et suis tombé sur votre texte alors suis trop naïve dans ses choses là que faire ???

Jules
Répondre

Probablement un surplus de sperme éjaculatoire suite à une intense orgasme mâle.