Les femmes pour dire stop à la polio au Cameroun.

Article : Les femmes pour dire stop à la polio au Cameroun.
Étiquettes
13 septembre 2015

Les femmes pour dire stop à la polio au Cameroun.

Vaccin Unicef

Depuis Octobre 2013, des campagnes multiples de vaccination contre la poliomyélite étaient organisées au Cameroun qui était devenu pays exportateur de polio virus sauvage au point où certains pays voisins comme le Tchad étaient même obligés d’alerter la population à travers des bulletins spécialisés comme celui-ci :

Extrait du Magazine "Les Nations Unies en action" Tchad, Janvier 2015.
Extrait du Magazine « Les Nations Unies en action » Tchad, Janvier 2015.

L’enjeu était donc devenu énorme. Sortir le Cameroun de la polio et avec lui, éviter la circulation du poliovirus sauvage dans la sous-région. De nombreuses missions de haut rang s’étaient donc rendues au Cameroun pour renforcer le plaidoyer en faveur de la vaccination systématique des enfants et des autres couches à risque. Au niveau national, des fora des gouverneurs de régions ont été organisés pour mobiliser les leaders religieux, les chefs traditionnels et les différentes communautés. Quelques mois après, Félicité Tchibindat Représentante de  l’Unicef peut se féliciter des différentes avancées en ces termes :

« Le dernier cas date de juillet 2014Nous célébrons plus d’une année sans nouveau cas de polio » 

A-t-elle déclaré le vendredi 11 Septembre 2015, à l’occasion de la cérémonie officielle de lancement du partenariat entre le MINPROFF (Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille, et l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfance) en faveur de la vaccination de et de la santé de l’enfant. La question qu’on pourrait se poser est de savoir pourquoi un tel accord alors que le Cameroun n’observe plus de cas depuis un an. Dans son discours, la Représentante de l’Unicef répond :

« En matière d’éradication de la polio, des progrès ont été réalisés certes ; mais l’arrêt de la circulation du virus, ne veut pas dire la fin des campagnes ».

Ce d’autant plus que le Cameroun n’avait plus que le Tchad voisin lui, connait cette avancée depuis deux ans, la vigilance et la surveillance sont de mise.

Extrait du Magazine "Les Nations Unies en action" Tchad, Janvier 2015.
Extrait du Magazine « Les Nations Unies en action » Tchad, Janvier 2015.

Pour éviter donc la survenue de nouveaux cas, le MINPROFF et ses associations féminines ont été mobilisés pour faire en sorte que la polio soit définitivement un mauvais souvenir au Cameroun.

« L’initiative que nous célébrons ensemble aujourd’hui est le prolongement normal de la mission confiée à ce département ministériel, à savoir la promotion du Droit de l’Enfant Camerounais à la santé et au-delà le Droit à la Participation de la Femme et le renforcement du lien social – fondement des liens entre les gouvernants et les populations ».

Ajoute Félicité Tchibindat pour qui ce tournant de la lutte contre la polio est très décisif, surtout au vu des  difficultés à atteindre les populations des centres urbains et périurbains, comme dans les régions du Centre et du Littoral. En effet, ces deux régions du Cameroun affichent les indicateurs les plus mauvais au Cameroun:

Indicateurs Centre

Indicateurs Littoral

Les femmes s’engagent donc dans ces deux régions en priorité afin de contribuer à augmenter le niveau d’information des parents de 76% (Littoral), 83% (Centre) à au moins 95%. De même, contribuer à réduire le taux de refus de 16% (Littoral), 7% (Centre), à moins de 5%. Il s’agit alors pour ces femmes et leur ministère de tutelle de se mobiliser, de mobiliser les autres pour que la vaccination soit un réflexe. Au Cameroun, les femmes sont douées pour les campagnes politiques. Elles sont douées pour les meetings, et savent convaincre par leur facilité de mobilisation et de sensibilisation. C’est cette force qui leur est demandé à l’issue de la signature de cette convention, pour éradiquer définitivement la polio du Cameroun et de la planète. On peut donc aisément conclure avec Félicité Tchibindat :

« Les mouvements, réseaux des femmes sont bien organisés au Cameroun dans le cadre du rassemblement, de la mobilisation des populations ».

Partagez

Commentaires