Android Night (La nuit Android)

Article : Android Night (La nuit Android)
20 septembre 2018

Android Night (La nuit Android)

Je suis subjugué, fasciné, conquis…

J’ai reçu la bande  dessinée camerounaise de deux auteurs : Darius Dada et Cédric Minlo…

Quand le monde est monde. Loin de ceux qui nous pourrissent les réseaux sociaux avec des polémiques nauséeuses pour se faire remarquer dans une sphère futile, celle d’un remue-méninge sans fondement. La toile camerounaise est remplie d’arrivistes, parvenus, intrus, de gens donneurs de leçons, moralisateurs mandatés par leurs intérêts cyniques. Bref, une toile entachée de profils inquiétants, proche de la maladie mentale. Passons !

Mais sur la toile camerounaise, fouillez et vous trouverez aussi des génies, des êtres d’exception. Darius Dada, en fait partie. En 2016, il était parmi les photographes retenus pour la Coupe d’Afrique des Nations Dames au Cameroun. Et sa générosité était telle qu’il partageait ses photos avec nous sur son mur Facebook. Oui, Darius ne réclamait pas ses copyrights. Il nous faisait un reportage photo, qui me permettait, moi, qui étais en Europe, de suivre le pays avec lui. J’ai utilisé ses photos pour animer le hashtag #YesWeCan2016, hashtag qui nous contait la belle histoire des Lionnes Indomptables du Cameroun avec leur public.

Et comme par hasard…

20 Septembre 2018. Les Lionnes Indomptables sont en demi-finale du Tournoi de Football Féminin de la COSAFA (Afrique Australe). Elles affrontent le Ghana.

 

Pendant que Ngo Mbeleck délivrait le Cameroun avec son but victorieux, je reçois un colis extraordinaire. Je tombe sur une BD et un dossier de presse. Darius Dada et Cédric Minlo me dédicacent tous les deux leur ouvrage. 52 pages d’une bande dessinée camerounaise, imprimée sur papier glacé aux éditions Waanda Stoudio. Un ouvrage drôle, bien écrit, « un univers de rencontres, ce pot-pourri de personnes d’allures et d’extraction différentes, en quête d’une aventure » selon la note de l’éditeur.  On y parle de Yaoundé, avec un récit qui nous parle de ces gens connectés, ces gens « Android ».  La jeunesse branchée de la capitale camerounaise (Mengo et Lynchie) est mise en lumière, avec le « camfranglais », l’argot du Cameroun. La bande est tellement connectée qu’un code QR nous permet d’y accéder.

Voilà donc le choc de ma journée. Deux auteurs ont pensé me livrer le secret de leur créativité et de leur imagination. Deux jeunes camerounais, qui ne sont pas dans les polémiques inutiles, dans les débats creux, dans les disputes politiques ennuyeuses, dans les débats sans saveur. Mon Android Night a commencé. Et je vais lire la BD jusqu’au bout. Mieux, Darius et Cédric. Sachez que « Android Night » sera le titre d’un épisode de ma future émission TV. Oui, chers auteurs, avec vous, je peux affirmer déjà : #YesWeCan2019

Partagez

Commentaires