Je viens d’apprendre que le Cameroun va organiser les premiers Jeux olympiques d’été en Afrique

Article : Je viens d’apprendre que le Cameroun va organiser les premiers Jeux olympiques d’été en Afrique
11 novembre 2019

Je viens d’apprendre que le Cameroun va organiser les premiers Jeux olympiques d’été en Afrique

Les Jeux olympiques ? Dans un pays africain ? Le Cameroun ? Mais quand ? En quelle année ? Et surtout comment est-ce possible ? Pour un pays dont l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations en 2019 a été reportée à 2021, pour un pays qui n’a jamais organisé les jeux en version mineure (Jeux africains, Jeux du Commonwealth, Jeux olympiques de la jeunesse, etc.) comment peut-on envisager des jeux olympiques d’été au Cameroun ?

Cela fait beaucoup de questions en effet. Mais pour commencer, il faut savoir que ce n’est pas impossible. Dakar organisera bien les Jeux olympiques de la jeunesse en 2022. Dans un communiqué en septembre 2018, Thomas Bach, le président du Comité international olympique avait été clair : « C’est au tour de l’Afrique ». Et le Sénégal sera le premier pays à abriter des Jeux olympiques en terre africaine, même s’il ne s’agit que des jeux pour jeunes.

Et les grands JO, alors, les fameux jeux d’été ? Le premier pays à lorgner pour cela devrait être logiquement le Maroc, organisateur des Jeux Africains 2019. Le Maroc veut organiser une Coupe du monde de football, que seule l’Afrique du Sud a réussi à abriter en Afrique. Pourtant, le même Maroc a déjà organisé la Coupe du monde des clubs. On pourrait citer également l’Egypte, la Tunisie et le Nigéria, déjà organisateurs d’une Coupe du monde des moins de 20 ans, mais là encore, ce ne sont pas les Jeux olympiques.

Thomas Bach au Cameroun

Reprenons. Thomas Bach est donc en Afrique. Il visite quatre pays africains ce mois-ci : le Cap-Vert, le Nigéria, le Sénégal et le Cameroun. C’est donc ce dernier pays qui attise ma curiosité. Pourquoi vient-il au Cameroun ?

Selon le quotidien national « Cameroun Tribune », il viendra s’entretenir avec les autorités gouvernementales su Cameroun. Mais de quoi ? Pour certains, l’élection récente de notre compatriote Odette Assembe Engoulou au Comité international olympique peut résonner comme une victoire de la diplomatie sportive. Mais cela suffit-il à déplacer le Président Bach ? La raison est fatalement ailleurs. Si nous ne sommes pas dans les secrets des Dieux, nous pouvons donc oser l’envisager… Les Jeux olympiques au Cameroun en 2032 ou 2036 pourquoi pas ?

La question peut paraître ridicule. Mexique, Italie, Etats-Unis, France, Corée du Sud, Japon, Allemagne, Afrique du Sud, Brésil et Russie, qui organisèrent la Coupe du monde de 1986 à 2018, mais aussi Atlanta, Sydney, Pékin, Londres, Rio de Janeiro, Tokyo, Paris et Los Angeles, villes hôtes des Jeux olympiques de 1996 à 2028, sont tous pays-membres ou capitales de pays-membres du G20.  On constate donc que l’organisation des grands événements sportifs incombe aux pays les plus avancés économiquement dans le globe. Oui, le sport a des enjeux politiques, diplomatiques, stratégiques, et fatalement capitalistes. Un pays comme le Cameroun peut-il oser ce challenge ?

Oui, le Cameroun peut

Il peut parce qu’en ce moment, il organise l’African Open de Judo, qualificatif pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Il peut parce qu’il va abriter, en 2020, le Championnat d’Afrique des nations de football, la Coupe d’Afrique de handball et la Coupe du monde militaire féminine, et en 2021, c’est également au Cameroun que se déroulera la Coupe d’Afrique des nations, tant attendue.

Il y a fort à parier qu’avec les nombreuses infrastructures construites ou réhabilitées, le Cameroun sera sollicité par plusieurs fédérations internationales pour abriter des compétitions sportives. 

Le hic se trouve dans les ressources financières. Malgré la volonté politique, le Cameroun doit faire face à des enjeux sécuritaires, liés aux revendications sécessionnistes dans deux régions, et aux exactions de Boko Haram dans l’extrême-Nord aussi. Depuis trois ans, l’économie du pays souffre de ces foyers de troubles. Malgré cela, le pays conserve son ambition d’être émergent en 2035.

Soirées olympiques au Cameroun

En attendant le rêve de futurs Jeux olympiques au Cameroun, il faudrait parler de ce week-end olympique au Cameroun. Sur les réseaux sociaux, partisans de l’Olympique de Marseille et suporters de l’Olympique Lyonnais se sont affrontés par tweets interposés. Il y avait aussi derrière les Lyonnais la forte communauté des supporters du PSG, prêts à voir couler les Marseillais à tout prix. Ce dimanche soir, l’Olympico a donné son verdict : Marseille 2-Lyon 1. Plus de cinq ans que l’OM n’avait pas battu l’OL au stade Vélodrome. Il y avait également un record d’affluence historique battu pour le Vélodrome ce soir avec 65.369 spectateurs. Il s’agit également d’un record historique pour un match de Ligue 1 en France, le jour des 120 ans du club phocéen. Les Jeux olympiques des temps modernes ont trois ans de plus que l’Olympique de Marseille. Ce n’est donc pas un club olympique par hasard.

https://twitter.com/TeamOM_Officiel/status/1193649247964536832

Le Cameroun, terre des supporters de l’OM, vivait cette belle soirée avec délectation devant la télévision. Lundi et mardi, les Lions Indomptables U23 et les Lionnes Indomptables se battent pour une qualification aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Le Cameroun, rappelons-le, est médaillé d’or des Jeux olympiques 2000 à Sydney. Un exploit que le pays est prêt à revivre. Pour cela, il faudra peut-être qu’un jour, une ville camerounaise songe à se porter candidate à l’organisation des Jeux olympiques. Cela suppose que ces villes soient plus autonomes et que la gestion locale soit effective dans le cadre du processus de la décentralisation au Cameroun. Cela tombe bien, puisque ce dimanche 10 novembre 2019, le Président Paul Biya a convoqué le corps électoral. Le 9 février 2020, les Camerounais sont appelés à élire leurs conseillers municipaux.

De futurs élus sur qui, je l’espère, nous pourrons compter pour porter une candidature camerounaise aux J.O.

Partagez

Commentaires