Dépité par les Députés.

Article : Dépité par les Députés.
Étiquettes
31 mars 2014

Dépité par les Députés.

On se souviendra qu’en mars 2014, l’Assemblée Nationale du Cameroun aura brillé par l’absence de plusieurs députés à l’hémicycle. Pour cause, nos amis députés son mal en point depuis que leurs homologues sénateurs perçoivent « un meilleur traitement » qu’eux. Un Café noir donc à ces députés qui me dépitent.

Honorables

Une polémique qui a commencé en novembre 2013 lorsque le Sénat n’était pas venu défendre son budget devant la chambre des députés. Ceux-ci ont soupçonné derrière cet acte, une manigance de la Chambre Haute pour faire passer de nombreux avantages supérieurs à ceux des députés. Par exemple, un sénateur perçoit 1.500.000 F CFA de salaire mensuel, tandis qu’un député en perçoit 790.000 F CFA. Les fonds des micro-projets sont de 8.000.000F CFA par an et par député, alors que les sénateurs perçoivent pratiquement le double : 15.000.000 F CFA.

Ce traitement à double vitesse de la toute nouvelle expérience d’une chambre bicamérale au Cameroun a fait l’objet du courroux de plusieurs députés qui ont déserté l’hémicycle en signe de protestation lors de la session de mars. Voilà qui ravive la crainte des camerounais qui se sont toujours interrogés sur l’importance de ces élus du peuple qui se comportent comme des fonctionnaires. Les députés se réunissent 3 mois par an, et perçoivent 12 mois de salaire, en plus du financement des micro-projets pas toujours lisibles et visibles. De plus, 180 députés qui n’ont pour rôle que de « valider » les projets de lois du Gouvernement, sont des députés à questionner. Jamais au Cameroun en effet, une proposition de loi n’a été validée. Quelques députés (minoritaires) de l’opposition en ont appris à leurs dépens. La majorité quant à elle, se contente d’approuver les lois émanant du gouvernement (projets de loi) et ainsi jouer leur rôle de députés modèles respectant la discipline du parti. Il faut donc comprendre par là que nos députés, bien qu’élus au suffrage universel direct, ne sont pas les élus du peuple, mais les élus de leurs partis.

Assemblée Nationale

Il faut donc comprendre que nos députés n’ont pas de compte à rendre à leur base électorale mais plutôt à leur « employeur », sans doute qui les paie pour leur rôle de béni oui oui dans une scène parlementaire truffée d’hypocrisie et de démagogie. Il faut donc comprendre pourquoi, le parlement qui est supposé contrôler l’action gouvernementale, est à la solde de celui-ci et à sa merci. A la merci des ministres qui méprisent les députés au lieu de les caresser dans le sens du poil. Un ministre est nommé alors qu’un député est élu. Pourtant, au Cameroun, le ministre est tout puissant, il peut même se permettre de refuser de recevoir cet élu du peuple qui squatte devant son bureau pendant des heures, attendant désespérément que le ministre le reçoive en audience.

La raison est à trouver aussi dans le comportement indigne de ces députés qui sont à la chasse perpétuelle des marchés publics dans les ministères. Oui, nos députés sont de simples affairistes. Ils sont élus pour faire prospérer leurs affaires et ainsi soit-il ! Quoi de plus normal donc qu’ils en veuillent aux sénateurs dont 30% sont nommés par le président et que ceux-ci perçoivent le double de leur traitement. Non, cela, les députés ne peuvent l’accepter. Au nom des affaires, non ! Au nom de leur fidélité aux projets de loi qui passent comme une lettre à la poste, non !

Les députés demandent donc d’avoir le même traitement que les sénateurs, ou alors que les sénateurs se voient rabaisser leur traitement. Mais dans cette guerre, aucun d’eux ne s’est soucié de celui pour lequel ils sont supposés être là : le peuple ! Après tout, n’est-ce pas ce contribuable là qui les paye ? N’est-ce pas lui, leur véritable employeur ? N’est-ce pas lui son électeur ? Visiblement, nos députés eux, ont oublié où se trouve le vrai pouvoir, hélas !

Avec nos députés, il y’a donc de quoi être dépité.

 

Partagez

Commentaires