Professeurs (Dés) agrégés.

Article : Professeurs (Dés) agrégés.
31 mars 2014

Professeurs (Dés) agrégés.

Toges Universitaires ou Toges de Pouvoir ?
Toges Universitaires ou Toges de Pouvoir ?

Je n’oublierai jamais cette phrase célèbre d’un professeur d’université : « Je ne suis plus docteur, mais professeur. Ne m’appelez plus jamais ainsi ». Il s’adressait ainsi avec véhémence à un étudiant qui lui a servi un très élégant : « Mes respects docteur ». Voilà comment les grades, les titres et les degrés sont tellement sacrés dans le pays de Paul Biya que beaucoup de ces agrégés, une fois nommés ministres ou directeurs généraux, exigent désormais du « Son Excellence ». Non, messieurs les agrégés, dans ce café noir amer que je vous sers, je ne vous donnerai pas du « Son Excellence ».

D’abord on sert du « Son Excellence » aux personnalités suivantes : Président de la République, Premier Ministre, Évêque, Ambassadeur, Ministre des Affaires Etrangères, Gouverneurs Généraux. Le seul ministre au Cameroun qui devrait porter ce titre est donc celui des Relations Extérieures. Mais alors, faites un tour dans tous les bureaux, même les Secrétaires Généraux des ministères revendiquent ce titre, ils l’exigent même souvent dans les courriers officiels. Et pourtant, ce sont ces prétendus Excellences qui viennent donner des cours de Rédaction Administrative aux Universités. Oui, parce qu’au Cameroun, il y’a une grosse amalgame entre les titres universitaires et les titres administratifs. La plupart du temps, Paul Biya a recruté ses ministres dans les rangs de l’administration universitaire. Les doyens de faculté et les recteurs d’université se politisent, car tous savent plus ou moins qu’ils sont « ministrables ». Alors, la course aux titres universitaires est en réalité la course à l’ascension sociale et à l’ascension politique. Seulement, beaucoup ont oublié qu’en 1990, le même Président Biya avait dit : « L’école aux écoliers, la politique aux politiciens » pendant la période de braise des villes mortes. Comprenez donc pourquoi ces messieurs veulent du « Son Excellence » que je ne leur servirai pas.

Parchemin

Ensuite, nos professeurs agrégés sont les maîtres en matière de harcèlement sexuel, comme le précise l’autre professeur agrégé, Jean-Emmanuel Pondi dans son ouvrage Harcèlement sexuel et Déontologie universitaire, de Jean-Emmanuel Pondi aux  Editions Clé.  Des agrégés qui savent briser des carrières, qui savent bloquer des soutenances comme le cas très connu de Mireille M. en 1993, cas repris par l’auteur dans son livre. Les professeurs agrégés s’illustrent aussi par d’autres comportements pour le moins étranges pour leurs grades et qualités. Pourquoi un intellectuel au Cameroun, bardé de diplômes, de titres de Docteur, Maitre de Conférence, Professeur Agrégé, pourquoi sont-ils les mêmes qui se distinguent par les plus grandes bassesses immorales ? Pourquoi professeurs, chercheurs, et éminents intellectuels sont les mêmes qui harcèlent sexuellement les jeunes étudiantes ? Pourquoi ce sont ces profs qui demandent qu’on les monnaye pour valider votre mémoire ou votre thèse ? Pourquoi les intellectuels sont-ils ceux qui, nommés DG ou ministres, détournent les fonds publics ? Pourquoi ces intellectuels sont-ils les mêmes qui, lorsqu’ils sont aux affaires, oublient toutes leurs théories universitaires et sombrent dans la corruption, le mensonge politique, ou simplement des comportements qui scandalisent la population ? Pourquoi manquent-ils d’humilité ? Pourquoi sont-ils si pédants, égocentriques, nombrilistes, arrivistes ?

Diplômés

Voici ce que nous dit Aristote dans son ouvrage ÉTHIQUE DE NICOMAQUE : « La vertu intellectuelle provient en majeure partie de l’instruction, dont elle a besoin pour se manifester et se développer ». René Descartes ajoute par ailleurs que : « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ».  Quel bon sens se cache donc derrière une toge universitaire tachée de tant d’immoralité ? Quelle vertu intellectuelle se cache derrière un maitre qui, malgré son instruction se comporte comme un profane ? Je ne comprends donc pas comment on peut avoir Bac + 12, et on se comporte ainsi. C’est qu’il y’a quelque chose qui ne va pas. Manque de bon sens sans doute, ou alors, nos professeurs agrégés, seraient-ils simplement désagrégés ?

Partagez

Commentaires

UNE DOCTORANTE
Répondre

TOUT EST DIT Et TRES BIEN DENONCE