Camair-Co justifie sa réputation de « Air Peut-être ».

Article : Camair-Co justifie sa réputation de « Air Peut-être ».
Étiquettes
13 mai 2014

Camair-Co justifie sa réputation de « Air Peut-être ».

 

Camair Co, l'étoile qui ne brille plus
Camair Co, l’étoile qui ne brille plus

Il est 3h du matin à l’aéroport international de Douala et j’ai faim, assis là, dans une salle d’attente où plusieurs passagers en provenance de Lagos et d’Abidjan attendent qu’on leur dise quelque chose. De fait, Camair-Co, la compagnie aérienne nationale du Cameroun, a bouleversé ses lignes internationales à cause du report de son vol  QCM 362 prévu initialement à 13h 55 au départ d’Abidjan, et repoussé finalement à 20h 30 ce lundi 12 mai 2014. C’est un message reçu le matin même du voyage par Ulrich Tadajeu, l’un des mondoblogueurs camerounais présents en Côte d’ivoire qui annonce le report du vol. Heureusement, il était en roaming et sa puce camerounaise a reçu le message, juste au moment où nous quittions notre petit déjeuner express pour entrer dans le bus à 9h, direction l’aéroport Félix Houphouët Boigny.

Une journée de plus en Côte d’ivoire à se tourner les pousses avant de tomber sur le célèbre disc-jockey camerounais Pat Kool, qui lui m’annonce : « Toi au moins, tu as de la chance de l’avoir aujourd’hui, moi j’attends cet avion depuis vendredi ».

Dj Pat Kool, célèbre au Cameroun
Dj Pat Kool, célèbre au Cameroun

 

C’est une fois dans l’avion que j’ai compris que Camair-Co avait combiné son vol annulé de vendredi à celui retardé du lundi. Le commandant de bord a déclaré qu’il s’agissait du « vol 361-362 », soit deux vols pour le prix d’un. L’ambiance était tendue dans l’avion, ceux qui étaient en attente depuis vendredi, et ceux qui ont embarqué après l’escale de Lagos et qui espéraient cet avion depuis 24 heures.

Me voici donc à Douala, en pleine nuit. C’est connu, je suis Duala et je n’aime pas Douala. Rester dans cet aéroport est un enfer, à commencer par les toilettes qui n’ont pas d’eau. Belle image pour le Cameroun… Belle image aussi de cette hôtesse de Camair-Co qui m’a servi deux maigrelets sandwichs dans l’avion, sans le sourire, je précise. Les gens qui livrent la bouffe à Camair-Co pensent que les passagers sont des oiseaux ? Non mais…Quatre heures de vol et une collation aussi insignifiante ? L’hôtesse a passé le temps à répéter : « Veuillez nous excuser pour les désagréments de ce voyage ». C’est un peu facile non ? Si au moins on nous consolait avec la bouffe, la vraie ! Mais non.

L’avion lui-même ressemblait lui-même à un gros bus urbain : passagers serrés, bagages à main débordés, ambiance surchauffée. Camair-Co procède t-elle comme un taxi brousse désormais ? Faire le plein avant de démarrer ? C’est tout comme. Nous voici à Douala et toujours personne pour nous renseigner. Apparemment nous ne sommes pas les seuls, même les passagers de Libreville ne savent plus à quel démon se damner. La colère des passagers est d’autant plus grande qu’il y’a comme une honte à constater que notre chère Camair-Co ne dispose que d’un seul avion de référence, le Boeing 737-700 qui fait des allers et venues entre plusieurs aéroports par jour, d’où les retards réguliers.

Et pourtant, j’étais si fier de voyager avec Camair-Co. Je trouvais cet acte patriotique et encourageant pour l’économie locale. Je trouvais qu’acheter un billet Camair-Co c’était nourrir des familles camerounaises, et j’en voulais à tous ces ministres et autorités qui préféraient prendre d’autres compagnies pour des raisons que je constate aujourd’hui. Chaque jour, je menai un combat idéaliste contre ceux qui avaient surnommé cette compagnie « Air Peut-être », c’est-à-dire la compagnie de l’incertitude. Aujourd’hui je vais me taire. Je vais juste faire un constat : « L’étoile du Cameroun » ne brille plus. Ce slogan de Camair-Co porte si mal son nom que j’ai failli m’arracher les cheveux en écoutant tous ces passagers ivoiriens, gabonais et nigérians traiter le Cameroun de tous les noms d’oiseaux. Apparemment, il n’ya que moi que ça perturbe ici. Déjà une heure assis surplace et pas de nouvelle pour la suite de notre correspondance. Aucune autorité de Camair-Co qui vienne s’excuser, juste un tour furtif d’un agent de la compagnie qui dépose des boissons sucrées sur la table alors que certaines dames réclament du café. Ce café ne viendra jamais, pas plus que l’agent d’ailleurs. Des rumeurs courent que le prochain vol pour Yaoundé c’est à 7h du matin. Enfin…peut-être.

Partagez

Commentaires

Bello
Répondre

Bojour Dania,
J'ai lu ton article ce matin.

Finalement, comment ça s'est terminé?

As-tu été transporté jusqu'à ta destination?

Cordialement.

hugor
Répondre

c'est vraiment pitoyable et cette compagnie est une vrai honte, aucune relation exploitant passager qui rend chaque voyage frustrant: c'est juste le reflet de l'admnistration Camerounaise et une honte pour le lamda citoyen camerounais...je comprends tellement ce que tu as pu ressenti quand d'autres nationalités traitaient Camair-co de tout les noms, mais je crois qu'il le mérite..Camair-co n'a pas le level..Aucune fierté..Camair-co is not the Star of Cameroon but The Shame of Cameroon