Me voici donc en Guinée Equatoriale !

Article : Me voici donc en Guinée Equatoriale !
Étiquettes
31 janvier 2015

Me voici donc en Guinée Equatoriale !

Ici chez le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, j’ai vu, ce que l’œil humain peut incroyablement acquiescer sans se demander si ce n’est pas le mirage qui lui joue des tours. Mince ! A quelques jets de pierre du Cameroun, le paysage est le même, le climat est pareil, mais les habitations sont déjà loin de ce qu’on vit à Kye-Ossi dans la partie camerounaise de la frontière.

Entrée du Stade Ebibeyin
Entrée du Stade Ebibeyin

A Ebibeyin, l’une des villes hôtes de la 30ème édition de la CAN 2015, il y’a une preuve de ce que le PIB équato-guinéen est bel et bien à l’image des constructions des bâtisses, des édifices, des logements sociaux, des immeubles administratifs, des routes et des autoroutes.

Autoroute Ebibeyin-Bata
Autoroute Ebibeyin-Bata

L’air qu’on respire sent le neuf, le beau, le propre. Dans ce chef-lieu de la province du Kié-Ntem, il suffit de débourser 3000frs CFA pour vous rendre à Bata, la capitale économique, 221km d’autoroute suffisent alors pour déguster l’air frais du progrès, et déguster la saveur du développement.

Une vue du paysage Equato guinéen
Une vue du paysage Equato guinéen

Le gouvernement a décidé d’initier les chantiers partout, y compris à Mongomo, autre ville hôte de la CAN 2015, ville natale du président Obiang Nguéma. Pour s’y rendre, deux choix de route parfaitement bitumées que l’on se demande pourquoi dans le Cameroun voisin, les marchés publics ne peuvent pas faire aussi bien. C’est sans doute parce que, malgré les accusations de dictature qui lui sont opposées, le président du pays est lui-même architecte et superviseur des travaux. On l’a aperçu récemment à l’hôtel Immaculada (une sorte de Hilton du coin), sans escorte ni fanfare, pour s’assurer du bien-être des sélections nationales qui ont séjourné à Ebibeyin.

Façade de l'hôtel Immaculada
Façade de l’hôtel Immaculada

« Il aime beaucoup cette ville », me confiera Sophia, une camerawoman, chasseuse d’images pour le ministère des affaires étrangères de la Guinée Equatoriale. C’est vrai que quelques mois plus tôt, le 12 Octobre 2014, jour de fête nationale ici, le président avait délocalisé la fête de la capitale, pour y inaugure ici  un nouveau boulevard pour le défilé. Que dire alors de ce stade de football de la CAN, petit certes, mais qui m’a ébloui lorsque j’ai foulé sa merveilleuse pelouse. « Ce stade a été construit aux normes FIFA en deux mois seulement », me dit fièrement Germain Ntchama, le Directeur Général de Radio Ebibeyin ( filiale de la RTVGE-Radio Télévision de Guinée Equatoriale-). Une radio internationale, puisqu’elle est la seule qui arrose les ondes FM des trois frontières : Gabon, Guinée Equatoriale et Cameroun. Du coup, Radio Ebibeyin bat le record d’audience jusqu’à Ebolowa au Cameroun, Oyem au Gabon, et Mongomo, qui se trouve à 73km.

Voiture de la RTVGE
Voiture de la RTVGE

 Il y’a dans cette nouvelle Guinée Equatoriale un message fort à comprendre derrière cette CAN dont personne ne voulait à deux mois de l’échéance et après le forfait marocain, il y’a dans cet investissement, la marque certaine d’une communication internationale là où rien n’est laissé au hasard. La Guinée Equatoriale m’a cloué le bec ! Voilà donc un pays d’à peine un million d’habitant, qui a 6 fois le PIB du Cameroun, et qui donne une claque à ses voisins immédiats (Gabon et Cameroun) qui le narguaient jadis.

Stade d'Ebibeyin
Stade d’Ebibeyin

Pas étonnant donc de voir ces candidats à l’immigration se faire refouler systématiquement d’ici. « La Guinée Equatoriale est jalouse de son succès, et l’étranger n’est pas toujours le bienvenu » me lance Blaise-Désiré Aboudi, un promoteur culturel qui est venu à Ebibeyin, sous invitation d’un équato-guinéen afin d’animer les sélections de football chaque soir avec des concerts. Mais comment peut-il traiter ce pays de xénophobe, si lui-même a pu venir ici avec tout son orchestre et des artistes camerounais tels que Valdez ou Marthe Minko. Mais comment peut-on traiter un pays de xénophobe si 75% de la main d’œuvre est étrangère ? Comment peut-on traiter un pays de xénophobe quand sur les 26000 habitants qui peuplent Ebibeyin, 15000 sont des étrangers ? Comment peut-on traiter ce pays de xénophobe alors que le président, conscient que ses tous voisins sont des francophones, a fait du français la 2ème langue officielle du pays, après l’espagnol, pour mieux communiquer avec ces voisins ? Comment peut-on traiter ce pays de xénophobe quand on décide de construire à Malabo 52 villas pour chacun des 52 Chefs d’Etats africains ?

Parc de la Cathédrale
Parc de la Cathédrale

Non ! La Guinée Equatoriale n’est pas parfaite mais ses populations ont le sourire, du moins, c’est ce que je vois dans la voiture de Germain Ntchama me promenant dans sa « ciudad » avec un air de chant chorale. C’est vrai, dans ce pays, 95% de la population est catholique. Alors, lorsqu’on entre dans la cathédrale d’Ebibeyin, tout autour, ce sont des parcs qui font de ce lieu, un univers sacré, mais une aire d’accueil. A l’intérieur, Jésus et les Saints sont tous noirs. Une autre manière de faire les choses ici en Guinée Equatoriale où on s’approprie les symboles européens avec une touche toute africaine.

Cathédrale d'Ebibeyin
Cathédrale d’Ebibeyin

C’est toute cette ville d’Ebibeyin qui sent la modernité et l’hospitalité. Pas étonnant de constater que le Maire, Melchor Moto passe son deuxième mandat à la tête de l’exécutif communal presqu’en « sifflotant ». Oui, la Guinée Equatoriale m’a cloué le bec ! Non, ce n’est pas un pays xénophobe, parce que Ebibeyin signifie ici en langue fang « la terre qui accueille les étrangers », et ce n’est que trop vrai.

Partagez

Commentaires

claire Soppo
Répondre

Joindre l'utile à l'agreable! Ca marche aussi très bien ! Ca valait la peine. Merci du voyage à travers ton special reporting.

claire Soppo
Répondre

Joindre l'utile à l'agreable! Ca marche aussi très bien ! Ca valait la peine. Merci du voyage à travers ton special reporting.