Le prochain Pape ne sera pas africain.

Article : Le prochain Pape ne sera pas africain.
Étiquettes
14 février 2015

Le prochain Pape ne sera pas africain.

Je ne voudrais pas revenir sur une certaine polémique qui veut que l’église catholique soit à l’image de la géopolitique mondiale. Mais je dirais avec certitude que la nomination des cardinaux électeurs par le Pape François trace déjà la géo-spiritualité de l’Etat du Vatican. Vingt nouveaux cardinaux ont donc été créés le 14 Février 2015, ce qui ramène le collège cardinalice à 227 membres, dont 125 qui sont cardinaux électeurs du prochain pape.  L’Europe, bien que n’ayant plus la majorité absolue,  compte quand même 45% des cardinaux électeurs, soit 57. Les autres continents se partagent alors une semi-égalité représentative avec 18 cardinaux Nord-Américains, 18 d’Amérique latine, 15 d’Afrique, 14 d’Asie et 3 d’Océanie.

DistributionCatholics_fr

Voilà donc la géopolitique mondiale du catholicisme. On imagine aisément comment et pourquoi les conclaves se disputent en termes d’alliances, ne nous le cachons pas, territoriales, ethniques et raciales. Par exemple, on dira que le Pape actuel n’est pas européen, mais on notera qu’il est argentin avec une origine italienne bien établie. Il s’appelle quand même Jorge Bergoglio. L’élite de l’église est à l’image de la géopolitique internationale, là où les Nations se battent pour le leadership partout : football, Onu, etc. Mais l’église catholique est devenue à l’image de la majorité de ces croyants : 42% des catholiques du monde proviennent de l’Amérique latine, terre du Pape François. En 2025 et 2050, les projections confirment que les fidèles catholiques seront majoritaires en Amérique latine, tandis que l’Europe et l’Amérique du Nord verront les fidèles diminuer de plus en plus. L’Afrique quant à elle sera probablement d’espoir de l’église, puisque les fidèles partiront de 13% en 2004, à 16% en 2015, puis 22% en 2050.

Les cardinaux

Ce n’est pas sûr que cette progression suscitera l’avènement d’un Pape africain, d’abord parce que ces chiffres ne sont que des projections, ensuite, parce qu’un Pape africain n’est certainement pas à l’ordre du jour dans les priorités de Rome. «Aimez ce qui est grand sans négliger ce qui est petit», a  recommandé le pape François à ses nouveaux cardinaux. Soit !  Que faut-il entendre par « ce qui est grand » ? On attend la prochaine fumée blanche pour le savoir. Ce jour là, pas sûr que lorqu’on dira « Habemus Papam » , ce sera un visage africain qui sera le prochain évêque de Rome.

Partagez

Commentaires