Vous avez dit Lionnes Indomptables ?

Article : Vous avez dit Lionnes Indomptables ?
23 juin 2015

Vous avez dit Lionnes Indomptables ?

Si le Cameroun a bien pris part à la Coupe du monde de football féminine, le quotidien de ses joueuses est bien différent de leurs homologues masculins…

Tu sais Dolorès, pour une fois, j’ai applaudi les journalistes de la télévision privée Canal II International. Eux au moins ne se comportent pas comme ceux de Equinoxe Télévision qui reprennent les signaux des chaînes internationales pour relayer les matchs de football dont ils n’ont aucun droit.

Passons ! A Canal II, on essaie d’être professionnel et à défaut d’avoir les droits de retransmission de la Coupe du Monde de Football Féminin, on nous immerge dans le quotidien des familles de quelques Lionnes indomptables.

Lionnes Indomptables en selfie
Lionnes Indomptables en selfie

On a donc pu voir la vie des familles d’Enganamouit, de Meffometou et de Zouga, entre autres. Voilà un vrai reportage télé qui nous fait vivre la misère de ces familles dont les filles, plongées quelque part en Amérique du Nord, défendent les couleurs d’un pays qui ne s’est pas empressé de les encadrer, qui ne leur a pas offert une préparation digne de ce nom, et qui ne leur a même pas versé leurs primes de participation.

Des lionnes, des vraies

Et pourtant, ces vaillantes lionnes ont accédé au deuxième tour de leur première Coupe du monde. Elles méritaient mieux, mais pour tous les Camerounais, leur participation est un exploit. Un exploit pour un pays dont le championnat féminin est arrêté. Un exploit pour des jeunes filles que seuls le zèle et le patriotisme ont conduit jusqu’à ce niveau. Ce sont des vraies lionnes, et Yannick Noah avait bien raison :

Tu sais Dolorès, je voudrais bien voir la tête de tous ces récupérateurs politiques. De même que Françoise Mbango a obtenu deux fois l’or aux Jeux Olympiques, de même que ces mêmes lionnes ont obtenu la médaille d’or aux Jeux Africains en 2011, de même que les volleyeuses ont été plusieurs fois au podium de l’Afrique (et récemment encore à Nairobi), les Lionnes indomptables sont de véritables Reines d’Afrique :

Ces femmes que nous méprisons

Alors je te parle des Lionnes indomptables, ces femmes que nous insultons, méprisons, battons, négligeons. Ces femmes qui, pour être représentées à 30 % du parlement camerounais ont lutté à travers plusieurs décennies de plaidoyer. Ces femmes à qui on n’attribue pas encore un poste de Premier Ministre ou de Vice-Premier Ministre, encore moins Secrétaire Générale à la Présidence ou même ailleurs. Les postes clés sont attribués aux hommes.

Et pourtant, à compétence égale, une femme peut diriger et même mieux qu’un homme. Sommes-nous donc dans un pays clairement macho ? La femme est encore marginalisée dans le positionnement social du pays. On la confine à hurler dans les meetings politiques. On la réduit à applaudir, crier, et pleurer dans les cérémonies et les deuils. On la mobilise surtout pour la cuisine et nos désirs sexuels. Oui, ayons le courage d’affirmer que nous maltraitons nos lionnes. Nous les domptons au gré de nos muscles, nos critiques acerbes, et nos moqueries permanentes. Nous les abrutissons donc véritablement, à tel point que beaucoup de filles, toujours dans le souci de nous plaire nous, mâles, se dénudent pour attirer notre attention, vendent leur corps pour attiser notre sensualité, se muent en « panthères » pour espérer le soutirage subtil de notre porte-monnaie.

Autonomisation des filles.

A qui la faute ? Leur avons-nous appris à s’autonomiser ? Avons-nous cessé de les offrir à nos gendres moyennant une forte dot qui n’est rien d’autre qu’un troc commercial en bonne et due forme ? Pourquoi la fille n’hérite t-elle pas au Cameroun ? Pourquoi la fille n’a pas droit aux terres comme ses frères ? Pourquoi l’envoyons-nous en mariage avant ses 18 ans ? Pourquoi l’écartons-nous de nos conversations « savantes » lorsqu’on est au salon ? Pourquoi lui interdisons-nous certaines viandes et certaines nourritures ? Pourquoi devons-nous la priver de plaisir en l’excisant et en lui imposant nos mutilations génitales. Pourquoi devons-nous lui repasser les seins parce qu’ils poussent trop vite à notre goût ? Pourquoi ? Parce que nous croyons qu’elles doivent grandir différemment que les garçons ? Que leur place est dans l’apprentissage de la couture, la coiffure et la cuisine, tandis que nous, nous avons vocation à gérer, contrôler, commander ? Non ! Les femmes et les hommes sont assis côte à côte, partenaires à vie. Les femmes sont toutes des reines, elles le sont dès l’enfance.

Alors accueillons, applaudissons, félicitons, encourageons les Lionnes indomptables. Elles ont montré aux hommes que le football n’a pas de sexe. Tiens Dolorès, de 1998 à 2014, les lions garçons ont participé à quatre coupes du monde. Ils ont encaissé plus de 20 buts pour en marquer seulement 7. Les filles elles, en une seule Coupe du monde, ont encaissé 4 buts pour en marquer 9. Les faits sont têtus n’est-ce pas ? Vivement 2016 avec la Coupe d’Afrique des Nations féminine que le Cameroun organise. Pour une fois, que les décideurs de mon pays fassent preuve de discernement et de sagesse. Pour une fois, considérez ces femmes, nos femmes !

Partagez

Commentaires

Benjamin Yobouet
Répondre

Hommage soit rendu vraiment à ces Lionnes. Bel article !

Bien à toi .

Ecclésiaste Deudjui
Répondre

bien dit ! mais avec nos dirigeants on risque regurgiter les mêmes problèmes...