Lausanne a achevé ma CAN 2016.

Article : Lausanne a achevé ma CAN 2016.
Étiquettes
5 décembre 2016

Lausanne a achevé ma CAN 2016.

Je rêvais d’une première victoire des lionnes indomptables du Football à la finale de la Coupe d’Afrique des Nations de Football féminin qui s’organisait pour la première fois au Cameroun. Il a fallu que je secoue toute ma famille camerounaise ici en Suisse, pour un résultat déconcertant.

Je suis arrivé à Lausanne la veille de la finale de la 10ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations de Football Féminin. Lausanne, ville qui est bordée par le Lac Leman, Lac le plus grand d’Europe. Cette partie de la Suisse nous offre une vue paradisiaque depuis le train. Je loue ceux qui ont pu bâtir une si belle ville autour du Lac. Mama Béa vient me récupérer à la gare de Lausanne. Arrivé chez elle à Jouxtens-Mezery, sa demeure et celle de son époux Schito, on a  un aperçu de ce que ce séjour sera inoubliable.

Schito et Mama Béa
Schito et Mama Béa

J’engage tout de suite les hostilités en demandant la CRTV, chaîne nationale du Cameroun. Maman Béa me dit que depuis qu’elle n’aperçoit plus Mireille, Miss Météo sur cette chaîne, la CRTV ne fait plus partie de ses choix de chaînes. Il faut donc rappeler le fournisseur local de la CRTV dans le coin. En vain. Appeler aussi les camerounais de Lausanne. Sans succès. Contrairement à la France, la CRTV est un luxe ici en Suisse Romande, surtout dans le canton de Vaud.

Avec Steve pour chercher une connexion
Avec Steve pour chercher une connexion

Le lendemain, le cousin Steve débarque avec pour mission de fouiller un lien streaming sur Internet. Seule la chaîne privée de Douala, DBS est disponible en ligne. Les images ne sont pas terribles, mais on va faire avec. Steve réussit même à connecter l’ordinateur sur le super écran géant du salon. DBS reprend la CRTV, et nous avons la garantie de la retransmission de la rencontre. Entre temps, Mama Béa et Schito m’emmènent à la découverte d’un magasin de Noel à Lausanne. La veille déjà, nous étions dans un magnifique restaurant. Schito s’avère être un guide touristique efficace. Crissier, Renens, Prilly et Bussigny, ces petites communes autour de Lausanne m’apparaissent désormais comme des réalités palpables.

15319368_1296353433750189_1157352826_n

C’est l’heure du match. Schito a déjà sorti une bouteille de Champagne en cas de victoire des lionnes. Sa cave à vins est impressionnante. Il y’a là-bas de quoi abreuver tous les épicuriens de la Rome ou de la Grèce antiques. Mais la rencontre devient tendue. Les lionnes dominent mais ne marquent pas. Skito annonce : « Elles vont finir par prendre un but. Une seule occasion des nigérianes, et elles la mettront au fonds ». C’est finalement ce qui se produira. Les lionnes vont perdre devant leur public.

Nigéria Champion
Nigéria Champion

La défaite est amère. Surtout pour moi, car pendant toute la CAN, j’avais porté cette équipe dans mon cœur. J’avais été un influenceur et un motivateur sur les réseaux sociaux. Cette fin est douloureuse.

Avec Philippe
Avec Philippe

Heureusement, Philippe, un ami de longue date est venu de La Chaux-de-Fonds, une autre ville suisse, pour m’emmener dans un restaurant et discuter de nos meilleurs souvenirs, ainsi que de nos aspirations spirituelles. Le lendemain, Schito et Mama Béa m’emmèneront de l’autre côté du Lac Léman, dans la zone française, notamment Evian et Thonon-Les-Bains, où se trouve Doris, une compatriote camerounaise partie du pays depuis 2004. Doris a conservé intacts son accueil et son sourire à l’africaine. Sa table est tellement garnie qu’on ne pourra même pas avaler le 10ème de son offre.

Chez Doris
Chez Doris

Ce dimanche chez elle m’a fait oublier la défaite des lionnes indomptables. C’est vrai que le Football est l’opium du peuple camerounais. Il est le point d’ancrage et de fédération de l’idéal patriotique qui ne se distingue nullement ailleurs. Le Football est la seule chose qui pourrait taire les rivalités ethniques et même les pseudos différences anglo-francophones qui émergent en ce moment au Cameroun. Le foot dans ce pays, reconnaissons-le, cache bien les insuffisances structurelles et infra-structurelles du Cameroun. Le football réconforte la Bayam Sellam (vendeuse à la sauvette), donne du sourire aux wolowoss (prostituées), et sert de camouflage complet au mal vivre et au mal être camerounais.

Au Musée Olympique de Lausanne
Au Musée Olympique de Lausanne

Heureusement ici à Lausanne, j’ai rencontré de vraies lionnes indomptables, notamment Mama Béa et Doris qui portent en elles les meilleures étiquettes de femmes vertueuses, travailleuses et généreuses.

15327631_1296330447085821_762079649_n

Lausanne a peut-être achevé ma CAN 2016, mais en visitant le musée olympique ou le siège du CIO (Comité International Olympique), je me suis rappelé que l’idéal olympique a toujours été le suivant : « L’essentiel c’est de participer ».

15151600_1278146658904200_914921269_n

Partagez

Commentaires

salma
Répondre

Lessentiel cest de participer voila et nous sommes fair play faut le dire Dania. Notre CAN est finie

Beatrice
Répondre

Quel hommag fils!!!!! Ça été un plaisir de t'accueillir chez nous. Bonne continuation ds la protection du Seigneur fils. Nous embrassons. Le père et la mère Schito.

Doris
Répondre

Merci pour cet hommage mon ami