Fête des mères : peut-on recommander les bouillons cubes de Nestlé à nos mamans ?

Article : Fête des mères : peut-on recommander les bouillons cubes de Nestlé à nos mamans ?
26 mai 2019

Fête des mères : peut-on recommander les bouillons cubes de Nestlé à nos mamans ?

En 2016, Nestlé annonce avoir vendu 65 milliards de portions fortifiées en Afrique de l’Ouest et du Centre, soit 100 millions de cubes dans 78 millions de ménages. Ce chiffre flatteur de la multinationale suisse pose question, alors que plusieurs rapports d’ONG alertent sur ces cubes, trop riches en sel et autres produits nocifs pour la santé. Nous avons été à Bonendale, à Douala (Cameroun), pour visiter l’usine de Nestlé.

Bonendalé est une localité du 4ème arrondissement de Douala. C’est un village-carrefour entre le département du Fako (Sud-Ouest), et celui du Moungo. Autrefois bastion touristique (activités de pêche, courses de pirogue, etc.), la localité a perdu un peu de sa superbe, jusqu’à l’installation récente de l’usine de Nestlé dans la zone. Ici, les produits laitiers et les cubes sont fabriqués. Le café quant à lui est simplement conditionné. Cela peut sembler étrange, surtout qu’à moins de 50 km de là dans le département du Moungo, se trouve le siège de la production du café camerounais. Nos interlocuteurs à Nestlé sont formels : « Le Cameroun n’est pas un grand consommateur de café. Seulement 3 tasses par personnes, là où certains pays d’Afrique de l’Ouest sont à 6 tasses par personne ». L’argument est donc économique. Créer une unité de transformation du café local est un investissement qui n’est pas en adéquation avec la consommation locale, et donc une perte. Ici, c’est donc le bouillon cube qui a le vent en poupe.

Le responsable culinaire de Nestlé Cameroun annonce que ce segment représente « 72% du chiffre d’affaires au Cameroun ». Le cube Maggi est la star des marchés. Le slogan disait d’ailleurs « Avec Maggi, chaque femme est une étoile », et du coup, les chiffres sont évidents : 65 milliards de bouillons culinaires fortifiés, vendus en 2016 en Afrique Centrale et de l’Ouest. Pourtant, ces bouillons culinaires ne sont pas toujours vus d’un bon œil par certaines ONG et professionnels de la santé. L’OMS alerte sur certaines questions, comme la portée en sels de ces cubes. Pour se défendre, la firme Nestlé a produit avec le Ministère de la Santé Publique au Cameroun, le « Guide du bon usage du sel : Protégeons notre santé, mangeons moins salé ». Le document rappelle les normes OMS en matière de consommation de sel. « Lorsqu’il est consommé à l’excès, le sel est à l’origine des maladies rénales et cardiaques chroniques », nous dit le guide. Il faut alors se demander si les bouillons de cube respectent ces normes. Tout est donc une question de dosage. Dans la fabrication du bouillon comme dans sa consommation. Nestlé est formel et recommande de ne plus ajouter de sel, lorsqu’on utilise un cube. Malheureusement, il se trouve que dans nos cuisines, les cubes et le sel continuent d’assaisonner ensemble nos repas.

Il faut alors regarder de près, la composition de ces bouillons. Le blogueur ivoirien Aly Coulibaly déclare : « Dans Maggi, il y a du mais, du manioc, de l’ail, de l’oignon, du piment, du clou de girofle, du sucre, du curcuma, de la livèche, de l’erka, de l’huile de palme, du glutamate, du fer etc. ». Dans sa lettre d’amour à sa Mémé, le blogueur explique que « L’ivoirien n’a pas la mesure du sel ». « Le sel iodé est l’élément de base dans les bouillons. La moitié de Maggi est du sel. Quand la proportion de sel dans la nourriture n’est pas mesurée, l’homme s’intoxique sans le savoir. »

Ce qui est valable en Côte d’Ivoire est valable au Cameroun. La recette est la même : oignons, sel, sucre, piment, poivre, glutamate, clous de girofle, et huile de palme raffinée. Mais comme ce sont des produits déjà transformés. Nous sommes un peu dubitatifs. La blogueuse Djeny Ngando décide de goutter chaque produit pour en avoir le cœur net. Lorsqu’elle tombe sur le piment mexicain, elle est en larmes. Il pique, il chauffe. Il lui faut une boisson absolument. Heureusement, sur la table, une tasse de lait Nido lui est rapidement servie. Elle prend donc conscience que le produit qu’elle vient de consommer est authentique. Il faut néanmoins avouer que tous les produits Nestlé font l’objet d’une critique permanente, car l’alimentation et la nutrition touchent à la santé. Dans ce registre, il nous est rappelé qu’il ne faut pas consommer « ni trop salé, ni trop sucré, ni trop gras ». Les produits Nestlé contiennent du sucre, du sel et du gras. Voilà pourquoi ils sont soumis à plusieurs tests de contrôle qualité et quantité. Voilà pourquoi en plus de vendre ses produits, Nestlé accompagne ses campagnes publicitaires de modules de formation des ménagères, de films éducatifs, et d’autres actions de promotion des bonnes pratiques. Cela dit, nous avons grandi en ce qui nous concerne en consommant ces produits (Cérélac, Nido, Nescafé, Maggi).

Ils inondent nos cuisines depuis toujours, et ce sont nos frères et sœurs qui travaillent dans ces usines. Peuvent-ils vraiment nous vendre des produits empoisonnés ? Produits qu’ils consomment eux-mêmes ? Peut-on recommander ces produits à nos mamans ? La réponse est oui ! D’abord parce que la Suisse (et notamment Lausanne et Zurich) c’est mon deuxième pays. Avec Nestlé, je laisse un peu flotter le drapeau de la Suisse dans mon cœur. Ensuite, je les consomme depuis des lustres.  De toute façon, je reviens de l’usine Nestlé avec un sac contenant tous ces produits. Le café, je vais le garder pour moi. Je vais quand même prouver à ces gens de Nestlé, qu’au Cameroun, il existe quelques consommateurs fidèles de Café. C’est la fête des mères, alors ma voisine qui a un bébé de 8 mois aura droit aux sachets de Cérélac. Le lait Nido sera donné à mon fils qui a 6 ans. Les bouillons de cube iront à ma mère pour qu’elle continue de me régaler avec ses plats extraordinaires.

Partagez

Commentaires

TOURE
Répondre

Article intéressant, merci pour ces précisions.

Aly Badra Coulibaly
Répondre

Au final, il faut consommer bio, comme avant avant le Soumbara ne souffre d aucun soupcon. Beau billet